TSGJB BANNER

Hydroxychloroquine : le professeur Didier Raoult met en garde contre l’automédication

Hydroxychloroquine : le professeur Didier Raoult met en garde contre l’automédication

Alors que l’instance de pharmacovigilance enquête sur des effets secondaires de cette molécule, l’infectiologue marseillais, qui promeut l’utilisation du Plaquenil pour traiter le Covid-19, rappelle qu’il ne faut pas l’utiliser hors prescription.

Dans une vidéo mise en ligne mardi 31 mars, l’infectiologue marseillais Didier Raoult met en garde contre l’utilisation en automédication de l’hydroxychloroquine, une molécule qu’il préconise en combinaison avec un antibiotique, l’azithromycine, contre le Covid-19.

« Faites attention, ne vous autoprescrivez pas ça. En particulier, il faut qu’un médecin vous le prescrive, il faut un électrocardiogramme et qu’on dose le potassium dans votre sang. Il ne faut pas improviser, ce sont quand même des médicaments et il faut faire attention », y explique le directeur de l’IHU Méditerranée Infection, localisé à Marseille.

La veille, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), l’instance de pharmacovigilance, avait rappelé, dans un communiqué, que « les traitements testés pour soigner les patients Covid-19 ne doivent être utilisés qu’à l’hôpital ». Leur emploi « doit se faire prioritairement dans le cadre des essais cliniques en cours », précisait l’agence sanitaire, qui insistait : « En aucun cas, ces médicaments ne doivent être utilisés ni en automédication, ni sur prescription d’un médecin de ville, ni en autoprescription d’un médecin pour lui-même, pour le traitement du Covid-19. » La pharmacovigilance, chargée de la surveillance des effets secondaires, avait en effet enregistré une trentaine de cas d’effets indésirables, notamment par le traitement expérimental Kaletra dispensé à l’hôpital, mais liés à l’automédication à l’hydroxychloroquine. Des investigations sont en cours pour savoir si trois décès pouvaient être imputés à cette dernière.

Dans la même vidéo, Didier Raoult fait état d’une nouvelle étude chinoise confortant selon lui la piste thérapeutique de l’hydroxychloroquine, sur les gens « modérément malades », sans donner de détails. Il pourrait s’agir d’un essai clinique conduit par des chercheurs de l’université de Wuhan et portant sur 62 malades, dont la moitié a bénéficié de l’hydroxychloroquine.

Les auteurs de cette étude, qui n’a pas encore été revue par les pairs et n’en est qu’à l’état de prébublication, indiquent avoir observé une baisse de la fièvre et de la toux plus rapide chez les patients traités à l’hydroxychloroquine, ainsi qu’une meilleure amélioration des symptômes de pneumonie sur la durée de l’étude. Rappelant qu’il faut « prendre au sérieux » les risques d’effets secondaires, ils concluent « qu’en dépit du faible nombre de cas, le potentiel de l’hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19 a été partiellement confirmé ».

Certains observateurs soulignent cependant la faible puissance statistique de cette étude, qui a cependant le mérite, par rapport aux études de Didier Raoult, de comporter un groupe contrôle constitué sur une base aléatoire. Une précédente étude chinoise du même type n’avait pas observé de différences avec la prise en charge standard des malades.

En France, une étude publiée mercredi 1er avril dans Médecine et maladies infectieuses, porte, elle, sur onze patients atteints de formes sévères de Covid-19, admis à l’hôpital Saint-Louis, à Paris, et traités selon le protocole préconisé par Didier Raoult. Jean-Michel Molina et ses collègues n’ont pas observé de réductions de charges virales dans les proportions rapportées par l’équipe marseillaise : après cinq à six jours de traitement, huit des dix patients (l’un d’eux était décédé entre-temps) étaient encore porteurs du virus.

L’étude porte là aussi sur un groupe de patients très réduit, de surcroît sévèrement affectés par le Covid-19 et porteurs de comorbidités (obésité, cancers, infection par le VIH). Dans sa vidéo, Didier Raoult souligne que son traitement doit être administré le plus tôt possible pour enrayer la maladie.

Plusieurs essais cliniques de bien plus grande ampleur ont été lancés à travers le monde pour comparer divers traitements, dont l’hydroxychloroquine.

Source web Par : le monde

Les tags en relation

 

Les articles en relation

« IL » EST LÀ !

« IL » EST LÀ !

Ce que tout le monde redoutait tout en espérant en secret que le Maroc serait épargné, est désormais arrivé. Le Covid-19 fait partie aujourd’hui du pa...