TSGJB BANNER

C’était juste un petit avant-goût. Par Von Alfred Hackensberger du journal allemand WELT

C’était juste un petit avant-goût. Par Von Alfred Hackensberger du journal allemand WELT

Les personnes qui ont rejoint Ceuta à la nage ces derniers jours seront suivies par beaucoup d’autres. Surtout si l’Europe ne reconnaît pas enfin le Maroc comme un partenaire. La vérité est que le pays fait le sale boulot de l’UE depuis des années. Pour cela, elle mérite d’être reconnue.

Ce n’était qu’un petit aperçu de ce que l’Espagne et l’Europe peuvent encore attendre. Les milliers de Marocains qui ont rejoint Ceuta à la nage ces derniers jours ne sont pas des migrants typiques. Ils sont victimes de la crise de Corona et sont originaires d’une ville marocaine qui vit normalement de la contrebande en provenance de l’enclave espagnole.

Les frontières sont fermées depuis plus d’un an et les gens sont fauchés. Pendant ce temps, de nombreux Africains noirs seraient en train de se rendre à Ceuta. Des dizaines de milliers d’entre eux vivent au Maroc, souvent depuis des années, et espèrent maintenant atteindre enfin le paradis de l’Europe. Le chaos de Ceuta pourrait donc prendre fin.

Tout dépend désormais des forces de sécurité marocaines, dont on dit depuis quelques jours qu’elles font leur travail dans les règles de l’art. Cette situation montre à quel point l’Espagne et l’UE dépendent du royaume d’Afrique du Nord. Sans son aide, l’enclave serait envahie par les migrants, et des bateaux surpeuplés arriveraient aussi quotidiennement sur les côtes de la péninsule. Le Maroc fait le sale boulot à la frontière extérieure de l’Europe, et ce depuis des années.

Peut-être Rabat voulait-elle vraiment envoyer un signal de sa puissance cette fois-ci et c’est pourquoi elle a laissé passer tant de personnes. Il ne s’agit certainement pas d’augmenter le financement de l’UE pour la protection des frontières. Il s’agit plutôt d’un problème fondamental : l’État maghrébin ne se sent pas reconnu comme un partenaire égal.

Cela a été récemment démontré par le cas d’un dirigeant du mouvement de libération du Polisario qui est traité dans un hôpital espagnol. Aux yeux du Maroc, il est un terroriste. Mais l’Espagne s’intéresse peu aux sensibilités de son pays voisin et est peu encline à communiquer avec lui. L’Allemagne, elle aussi, a récemment agi de manière insensible et a snobé le Maroc sur la question du Sahara occidental. Il y a maintenant une ère glaciaire entre Berlin et Rabat depuis des mois. Les fondations et institutions allemandes en souffrent.

Elle a donc peut-être besoin d’incidents comme celui de Ceuta. Pour que l’Europe se rende compte que le Maroc n’est pas un complice muet mais une nation leader en Afrique qui doit être prise au sérieux.

Le 24 mai 2021

Source web Par : leadership royal

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Ceuta, un confetti d’Europe en Afrique

Ceuta, un confetti d’Europe en Afrique

L’afflux de 8 000 migrants à Ceuta le 17 mai dernier a fait la une de l’actualité. Cette ville espagnole, confetti résiduel des empires coloniaux encastr...