TSGJB BANNER

Sang nouveau dans le tissu associatif professionnel

Sang nouveau dans le tissu associatif professionnel

C’est en pleine panne du secteur du tourisme au Maroc où la visibilité est toujours opaque, que le tissu associatif professionnel accueille un nouveau collectif de jeunes professionnels aux idées franchement avant-gardistes et pointues.

Un collectif courageux qui n’est pas né pour se substituer à quelconque autre entité associative mais pour enrichir l’écosystème professionnel militant, muni d’idées novatrices partagées et un sang nouveau afin de défendre le secteur sous un nouveau jour, sans pour autant couper les ponts avec les acquis réalisés sur la scène, sans réclame et sans prétention autre que celle d’engager un dialogue transparent, moderne et porteur. Dans l’immédiat et dans le futur. Une sorte de levée de boucliers pour défendre l’intérêt de l’entreprise touristique et ceux qui y travaillent.

Né d’une conviction unilatérale d’un groupe de jeunes professionnels ayant beaucoup de mérite à l’œuvre, le collectif fondateur rassemble 5 managers issus de 2 des principaux corps de métiers touristiques représentatifs. 3 voyagistes : Aziz Cherif Alami, Habib El Fassi et Mehdi Rouissi. 2 hôteliers : Aboubakr Lahlou et Rizlaine Sefrioui. Certainement, le petit groupe sera rejoint par d’autres bonnes volontés partageant les mêmes idéaux et objectifs.

Au demeurant, le collectif trace, en avant-première, le champ de son action future, les raisons véritables derrière sa constitution ainsi que les objectifs pour lesquels il militera.

Communiqué de presse » :                                     

« Le collectif de la nouvelle génération d’entrepreneurs touristiques au Maroc tire la sonnette d’alarme et lance un appel à une action forte du Gouvernement de Sa Majesté le Roi pour éviter que le tissu industriel touristique du Maroc ne soit démantelé irrémédiablement et que des dizaines de milliers de familles qui en dépendent ne se retrouvent à la rue. Littéralement.

L’heure est grave: après plus de 15 mois d’arrêt net de l’activité, l’absence totale de visibilité quant à la sortie de cette crise demande des mesures sérieuses et immédiates, tant pour tenter de sauvegarder ce qu’il reste de l’outil de production touristique et de maintenir un soupçon de paix sociale que pour permettre une relance de l’activité.

Pour cela, notre collectif souhaite insister sur six points fondamentaux pour la sauvegarde et la relance :

1 – La prorogation du mécanisme de l’IF (l’indemnité forfaitaire de 2000 dirhams et les mesures liées à celle-ci) jusqu’à 3 mois minimum après la levée de l’état d’urgence sanitaire. Puisqu’il y a unanimité sur la durée de la crise et la lenteur de la reprise qui ne font pas débat, ceci est un minimum, réaliste, réfléchi et objectif. C’est l’exacte même logique “d’aide à la reprise” que celle qui a prévalu au 2eme semestre 2020. A défaut, les faillites vont s’accélérer et les licenciements – évités depuis 15 mois ! – s’imposer.

2- La prolongation pour l’ensemble des employés du secteur, des reports de crédits et de traites jusqu’à la levée de l’état d’urgence sanitaire. Actuellement, les salariés du secteur font face à une double peine : une réduction de leur revenu, au mieux à 50%, et bien plus en moyenne et la poursuite des prélèvements bancaires pour leurs traites avec les agios et les frais d’impayés qui s’accumulent.  Les IF (indemnités forfaitaires de la CNSS de 2000 dirhams) sont virés sur leur compte et prélevées immédiatement par les banques, ne laissant de fait les salariés sans aucun revenu disponible pour survivre pendant cette période.  Un accord doit être trouvé entre le GPBM et Bank Al Maghrib pour soulager ces salariés de cette pression additionnelle, d’autant plus que n’ayant aucun revenu, ils sont dans l’incapacité de payer.  A défaut, ces salariés changeront de secteur et l’industrie perdra une expertise indispensable au redémarrage de l’activité.

3- la levée totale des restrictions de la circulation interrégionale

4-  la réouverture du trafic international graduellement et par étape en priorisant les vaccinés et, en sus et à défaut, les tests PCRs négatifs – à partir du 15 Juin 2021. Le tout à annoncer sans délai et à l’avance de sorte à permettre à tous les maillons de la chaîne (nationaux et étrangers) de se reprogrammer pour ces échéances. 30 à 60 jours de délai à partir de l’annonce publique sont un minimum pour “réamorcer la pompe”. L’annonce d’un rétro-planning sur 30 à 60 jours ne signifie pas son immuabilité en toutes circonstances. Voir les exemples des Royaume-Uni, France,  Espagne,  etc.  Une annonce forte aujourd’hui n’empêche pas un ajustement ultérieur si les circonstances à venir devaient l’exiger.

5-  la vaccination priorisée des salariés du secteur. A commencer par ceux déclarés à la CNSS : en dehors de l’efficacité objective de la mesure, il y a un effet de communication vis-à-vis du marché international qui positionnera le Maroc comme pays à la pointe de la gestion du COVID-19 et donc comme une destination prioritaire pour un tourisme en sécurité.

6-  l’arrimage du Maroc aux mécanismes du Pass sanitaire de l’UE, afin de pouvoir s’intégrer dans le circuit général de programmation des compagnies aériennes et tour-opérateurs internationaux.

Le collectif est conscient des défis auxquels le Maroc doit faire face pour assurer la sécurité sanitaire de ses citoyens, mais il demande que l’on prenne en compte également la dimension sociale et économique et la détresse dans laquelle  se trouvent l’ensemble des parties prenantes de l’industrie touristique.

Ceci est un appel citoyen et un appel de détresse par défaut de prises de paroles suffisantes et structurées de nos organisations professionnelles nationales.

Le collectif de la nouvelle génération d’entrepreneurs du Tourisme est un « think tank » de dirigeants d’entreprises touristiques intégrant toute la chaîne de valeur touristique marocaine (hôteliers, agents de voyages, transporteurs touristiques, investisseurs touristiques, loueurs de voitures, etc.) membres de leur fédérations professionnelles respectives, qui souhaite apporter, à travers la mise en commun des meilleures pratiques internationales, une nouvelle énergie et une nouvelle manière d’aborder la gestion du tourisme au Maroc. Ce collectif s’inscrit dans l’accompagnement de la profonde mutation que subit l’industrie touristique mondiale, tant vis-à-vis de la pandémie de COVID19 que par la forte transformation digitale.  Dans ce sens, une revue de la gouvernance du secteur s’impose et le collectif se met à disposition des autorités et des organisations professionnelles pour y apporter sa contribution ».

Le 26/05/2021

Source web Par : premium travel news

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Les régimes de retraite en danger

Les régimes de retraite en danger

En 2018, les régimes de retraite ont collecté 50,5 milliards de dirhams de cotisations, soit 4,4% du PIB, pour 4,6 millions d’actifs cotisants représentant...