TSGJB BANNER

La « bonne étoile » de Hamid Bentahar

La « bonne étoile » de Hamid Bentahar

L’Assemblée Générale Elective de la CNT a consacré, dans une ambiance exceptionnelle de cette après-midi du samedi 17 juillet,, Hamid Bentahar nouveau Président de la CNT avec 139 voix sur une liste de 186 votants dont 164 étaient présents. Une majorité confortable pour le binôme Bentahar-Alaoui Mhammedi, sachant que le binôme Taarji-A. C. Alami et ses votants s’étaient retirés de l’opération de vote après avoir, toutefois, assisté et approuvé les Rapports Moral et Financier. Un retrait expliqué par, nous explique t-on, le non-lieu donné à la plainte envoyée par courrier électronique à la CNT réclamant « l’illégalité de vote de la FNIH pour cause de non tenue de son Assemblée Générale au titre de 2020 conformément à ce que stipulent les statuts de la CNT ainsi que des irrégularités graves et inacceptables qui faussent significativement le bon déroulement du scrutin », précise l’équipe de Taarji.

L’Assemblée, présidée par Abderrahim Oummani, l’un des pionniers de l’industrie touristique du Maroc, était composée essentiellement des 12 AIH, de la FNIH, du GIAC, de 8 associations des agents de voyages, de 6 CRTs, des guides, des loueurs de voitures, de Kenzi Hotels, Al Madina Club et d’Atlas Voyages, avec l’absence remarquée, de l’opération de vote, de la chaîne hôtelière Atlas Hospitality.

Sans trop s’attarder sur les détails, la conjoncture aurait du favoriser un élan de solidarité et de respect des procédures qui ne réduit évidemment en rien le crédit professionnel ni de Bentahar ni de Taarji. Mais ce qui est fait est fait. Toutefois, fallait-il en arriver là alors que le tourisme marocain est otage à plusieurs défis et au moment où ses entreprises sont esquintées ? Ne serait-il pas plus salutaire que les professionnels se réconcilient entre eux en se débarrassant de leurs égos ? En attendant, toute porte à croire qu’il y aura des rebondissements dans cette « affaire », malgré toute la bonne volonté que l’on puisse avoir…

Le Président élu Bentahar semble, bon gré mal gré, plus optimiste pour les étapes à venir que grisé par sa consécration, lorsqu’il prononça son discours « positif »après son investiture, en promettant d’inclure « toutes les générations (des jeunes et des moins jeunes !), de l’ensemble des métiers et de l’ensemble des territoires », dans l’objectif de construire une « CNT solide avec des associations fortes et crédibles pour aider nos entreprises à se relever de cette crise et au-delà, à se projeter dans l’avenir ». Un bon point tendant, soit-il, à fédérer les jeunes dans l’action et la décision au lieu de les marginaliser tout en tendant la main à « tous ceux qui ont fait l’autre choix, celui de l’autre candidat. Il est important pour moi de dire, aujourd’hui, que nous leurs ouvrons les bras et le coeur…. ». Eloquent et élégant de la part du nouveau président. Surtout quand il dit : « Je remercie également Aziz Alami et Jalil Taarji pour leur campagne (globalement) respectueuse… ».

Autre détail révélateur dans son discours, à appréhender logiquement avec satisfaction, c’est quand il appelle à « rendre hommage à tous les anciens présidents » qui ont milité pour le développement du tourisme au Maroc, tels Abderrahim Oummani dont la défense du secteur a été même portée avec succès devant la Deuxième Chambre du Parlement, le 1er Président de la FNT (CNT) Mohammed Benamour, cette force tranquille dont l’œuvre se ressent encore dans Vision 2010 et d’autres grandes actions à son actif sans toutefois s’exposer trop sous les projecteurs, Ali Ghanam avec le charisme qu’on lui connaît, Othman Cherif Alami avec son éternel dynamisme de stratège qui a laissé de bonnes impressions, alors Président de la FNT, quand il organisait le cycle des fameuses Journées Professionnelles du Tourisme, de véritables assises du Tourisme réunissant autour de la même table de grands experts nationaux et mondiaux sur des thèmes précis et intelligemment choisis, etc Bien entendu, d’autres militants pour la bonne cause ont tout le mérite d’être ennoblis… « Je vous propose de les inviter tous à intégrer un comité stratégique, un comité des sages, où ils auront un rôle actif pour qu’ils nous apportent un regard éclairé, un regard expert sur les combats cruciaux que nous aurons à mener, surtout dans cette période difficile que nous traversons. Je tiens à leur affirmer tout le respect que j’ai pour eux ». Correct et reconnaissant !

Ce qui serait encore plus souhaitable, c’est que la nouvelle équipe aux rênes de la CNT, s’active à fédérer les enseignes de prestige, tel La Mamounia qui, à elle seul, est un formidable produit d’appel dont le siège à la Confédération fera bonne figure auprès d’autres à concilier. Souhaitable également qu’elle ait un droit de regard sur le malaise associatif professionnel observé chez plusieurs associations de métiers éclatées en des groupuscules, ce qui ne sert en rien les causes à défendre. En fait, être l’arbitre conciliant et juste pour éponger les différends. Urgent notamment que la CNT réactive la relance des points figurant dans le contrat-programme pour l’intérêt des métiers, sans exclusion d’aucune des fédérations de métiers.

Enfin, que l’étoile citée par Bentahar dans son discours soit la bonne pour « contribuer humblement à faire briller notre étoile à vos côtés. Cette étoile qui est chère à mon coeur. Cette étoile qui doit être, pour nous tous, notre principal source de motivation… ».

Pour l’anecdote, à l’heure où nos respectables professionnels tenaient leur assemblée générale élective avec les griefs que l’on connaît, on assiste auprès de l’ONMT et de l’ONDA, y compris les chevilles ouvrières du CRT, aux préparatifs qui devraient accompagner l’accueil de plus de 400 touristes israéliens, prévu dimanche 25 juillet, à l’aéroport Marrakech-Menara.

WA0010-1024x582

Le 19 juillet 2021

Source web Par : premium travel news

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Jalal Imani, nouveau DG de la CNT

Jalal Imani, nouveau DG de la CNT

Un nouveau Directeur Général est pressenti à la CNT, après de longs mois de vacances après le départ de Abdellah Jmamou. Il s’agirait, vraisemblablement...