Affaire Zaz: Zaïm Sassi provoque un nouveau report et agace la défense

Affaire Zaz: Zaïm Sassi provoque un nouveau report et agace la défense

L'affaire Zaz a de nouveau été reportée, sur demande de l'un des prévenus, Zaïm Sassi. Cette demande a eu le don d'agacer son propre camp.

L'épineux dossier "Zaz" est au point mort. A l'issue d'une courte audience tenue l'après-midi du 1er février, à la salle 5 de la cour d'appel de Casablanca, le juge a décidé de renvoyer l'affaire à une nouvelle date.

La prochaine audience aura lieu le 15 février 2016.

A l'origine de cet énième report, une demande de l'un des prévenus, Zaim Sassi, lequel réclame un nouveau délai pour constituer son avocat. Une demande qui a été, curieusement, soutenue par Me Alami, avocat de Méditel, partie civile dans ce procès.

De quoi interpeller ses confrères de la défense. "Cela me paraît étrange que la partie civile soutienne une demande de son adversaire", tance Me Lahlou Amine, l'avocat de Karim Zaz.

"S'ils veulent un nouveau délai, qu'ils expliquent clairement pourquoi. Et qu'ils ne nous disent pas que c'est dans l'intérêt du procès équitable ", poursuit la robe noire, surtout que c'est la troisième fois depuis le lancement de la phase d'appel que Z. Sassi provoque le report de l'affaire, toujours pour la même raison, et sans qu'un avocat ne se présente pour sa défense.

Cette situation est critiquée par l'avocat de Samir Aich, lequel fustige la lenteur de la procédure, estimant qu'elle lèse les intérêts de son client. " Je ne parle pas au nom de la défense, je ne représente que mon client. J'estime qu'un nouveau report est susceptible de lui porter préjudic e".

Le juge en est conscient, mais se montre indulgent à l'égard du prévenu. "Le droit de la défense vous est garanti. Personne ne peut vous le contester", rassure-t-il, en s'adressant, visage souriant, à Z. Sassi qui purge une peine de 5 ans.

3 mois en phase d'appel où il n'était question que de reports (7 au total). Cela en est devenu une habitude. " Un nouveau délai de 2 semaines ne nous fera pas de mal ", estime le juge.

"Toutefois, Il convient de rappeler qu'en vous accordant ces délais, la cour déploie du personnel  pour les notifications. Elles fournit des efforts considérables. A vous d'en faire autant en honorant vos engagements", ajoute le magistrat, sans se départir de son sourire. 

L'affaire est donc reportée au 15 février. Les avocats des deux parties n'ont toujours pas eu l'occasion de s'expliquer sur le fond du litige. Et ce n'est pas la prochaine audience, consacrée aux moyens de forme, qui le leur permettra.

Entre temps, les 12 prévenus, parmi lesquels Karim Zaz, l'ancien PDG de Wana, entament leur 21e mois à la prison locale de Oukacha. Le 13 avril 2015, en première instance, ils avaient été condamnés pour, entre autre, détournement de trafic international de télécommunication. Ils avaient écopé, chacun selon ce qui lui a été imputé, de peine d'emprisonnement allant de 2 à 5 ans.

Le 01 Février 2016
SOURCE WEB Par Médias 24

Les tags en relation

 

Les articles en relation