TSGJB BANNER

Quels risques encourent les entreprises marocaines après la victoire de Donald Trump?

Quels risques encourent les entreprises marocaines après la victoire de Donald Trump?

Il y a quelques heures, Donald John Trump a été élu 45e président des États-Unis,  à l’issue d'une campagne explosive, populiste et polarisante. Trump, l’homme non politique et anti-establishment a étonné le monde, y compris les Américains, après avoir été élu en battant l’ancienne et la favorite secrétaire d'Etat Hillary Clinton.

Contrairement au visage qu'il a montré pendant la campagne, Trump a prêché la paix dans son premier discours et s'est engagé à unir les Américains.

Son ascension est un événement historique, qui va changer la politique américaine et le Parti républicain. Trump est le leader des électeurs qui ne peuvent plus supporter les élites politiques, qui ne comprennent pas leurs problèmes et qui ont du mal à accepter les politiques d'immigration qui minent l'identité de la nation.

Il est aussi la tribune des électeurs qui rejettent les accords commerciaux, qui ont envoyé des emplois américains à d'autres pays.

Quels risques encourent les entreprises marocaines, après la victoire de Donald Trump?

Le Maroc, loin d’être dans le collimateur

Rappelons que Trump lors de sa campagne présidentielle, a menacé de remettre en cause plusieurs grands accords de libre-échange multilatéraux et d’imposer des barrières douanières aux importations américaines en provenance de pays comme le Mexique ou la Chine. De telles décisions sont susceptibles de peser sur le commerce international et sur la croissance mondiale.

Mais concernant le Maroc, il est loin d’être dans le viseur du prochain président. Alors que la Chine exporte plus 360 milliards de dollars vers les Etats-Unis et que des pays frontaliers comme le Canada atteignent les 430 milliards de dollars et le Mexique 291 milliards de dollars, le Maroc ne réalise que 1 milliard de dollars à l’export vers les Etats-Unis.

Donc, les entreprises marocaines et les agences d’accompagnement notamment Maroc export, devront continuer avec toute confiance leurs efforts et travailler pour dépasser des barrières importantes tels que les coûts logistiques, le niveau poussé des normes et standards américains et surtout comprendre les habitudes de consommation qui sont très différentes de celles du consommateur marocain.

Le Maroc aurait été bien avec Clinton... mais pourrait être mieux avec Trump!

Aussi bien les grandes entreprises marocaines, notamment des fabricants d’engrais, de machines électriques ou de produits issus de l’agriculture, que les petites entreprises, comme dans la cosmétique ou les chaussures, et qui travaillent principalement avec les Etats-Unis, n’ont pas de quoi se soucier.

Il en va de même pour les entreprises marocaines importatrices, principalement des pièces aéronautique ou des combustibles minéraux, qui ont un flux assez régulier. Elles n’ont pas de quoi avoir peur. Il est conseillé seulement de bien prendre en considération l’évolution du taux de change pendant les prochains mois, afin de bien gérer les encaissements et les paiements.

Nous comprenons donc bien que les impacts possibles sur les entreprises marocaines sont très minimes et ne sont pas susceptibles d’être influencés par les turbulences qui peuvent avoir lieu.

Il est vrai que des analystes marocains espéraient acquérir de nouveaux partenariats et avantages, suite à l’élection de Hillary Clinton, vu qu’elle maintient des relations privilégiées avec le pays. Il y a même certains qui l’appellent "bent eddar" (NDLR: littéralemment la fille de la maison). Cependant, le Maroc n’a jamais connu autant de difficultés dans ses rapports avec les Etats Unis que lorsque les démocrates étaient aux commandes.

Comme l’a expliqué Omar Hasnaoui Chaoui, président-fondateur de la Fondation Helios pour le dialogue et le développement, nous avons toujours cru avec les démocrates avoir touché au but et nous nous sommes trompés.

L’élection de Donald Trump et de sa majorité au Congrès et au Sénat, peut apporter de la fraîcheur et de la nouveauté, malgré l’incertitude, aux relations entre le Maroc et les Etats-Unis.

Les Américains resteront toujours les Américains !

Somme toute, il faut comprendre que les Américains dans les affaires sont centrés sur deux choses: le pragmatisme et l’argent. Avec Trump ou sans lui, l’impact sur le business demeurera sûrement marginal.

Les racines de la culture américaine sont trop ancrées dans le pragmatisme et le culte d’argent pour que l’élection de Trump ait un grand impact sur les affaires entre Marocains et Américains.

Depuis toujours, l’Américain est ouvert, communique assez facilement sur la valeur de ses biens personnels et va directement au fait, sans retenue, puisqu’il n’a jamais connu la rareté. C’est donc une culture qui a besoin d’aller de l’avant, sans pour autant consulter qui que ce soit "pour y aller". De quoi tous nous réconcilier - même si le Président est définitivement Trump - autour d’un burger.

Le 06 Novembre  2016
SOURCE WEB Par Médias 24

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Mise en garde des USA à la MINURSO

Mise en garde des USA à la MINURSO

A l’approche de la fin du mandat de la MINURSO, l’administration Trump a, une  nouvelle fois, incité le Maroc et le Polisario à réaliser des avancées d...