L’économie du Maroc progresse à 3,8% au troisième trimestre de 2017

L’économie du Maroc progresse à 3,8% au troisième trimestre de 2017

La croissance de l'économie nationale s'est améliorée au troisième trimestre de 2017 pour se situer à 3,8% en glissement annuel, au lieu de 1,3% durant la même période une année auparavant, selon le Haut-commissariat au plan (HCP).

Cette progression s'explique par une augmentation de 14,5% de la valeur ajoutée de l'activité agricole au lieu d'une baisse de 13,6% une année plus tôt et une hausse de 6% de celle de la pêche au lieu de 4,1%, soit un bond de 13,7% de la valeur ajoutée du secteur primaire comparée à une forte baisse de 12,2% durant le 3-ème trimestre de 2016, explique le HCP dans une note d'information sur la situation économique nationale durant le 3-ème trimestre 2017. De même, la valeur ajoutée du secteur secondaire a, elle aussi, affiché une croissance de 2,7% au lieu de 0,8% lors du même trimestre une année auparavant, soutenue par une progression de 17,8% des industries d'extraction et une hausse de 1,6% des industries de transformation.

La valeur ajoutée du secteur tertiaire, en revanche, a connu un ralentissement de son rythme de croissance à 2,6% au lieu de 3,1% le même trimestre de l'année précédente. A l'exception des services de l'éducation, de la santé et de l'action sociale qui ont affiché une diminution de 1,8% et des activités des postes et des télécommunications qui ont enregistré un repli à 2,1%, les autres composantes du secteur tertiaire ont connu des hausses de leurs valeurs ajoutées, fait savoir le HCP. Ainsi, la valeur ajoutée des hôtels et restaurants a enregistré une hausse de 8,1%, des transports 5,7%, des services rendus aux ménages et aux entreprises 4,3%, du commerce 3,4%, des services financiers et assurances 2,6% et des services rendus par l'administration publique générale et la sécurité sociale 1,2%. Dans l'ensemble, la valeur ajoutée des activités non agricoles a connu, ainsi, une hausse de 2,7% au lieu de 2,3% durant la même période en 2016, estime le HCP, soulignant que malgré le net ralentissement des impôts sur les produits nets des subventions à 1,6% au lieu 9,9%, le Produit intérieur brut (PIB) en volume a progressé de 3,8% durant le 3-ème trimestre de 2017 au lieu de 1,3% une année auparavant. Le PIB a connu une augmentation de 3,3% durant le 3-ème trimestre de 2017 aux prix courants, ainsi la hausse du niveau général des prix a affiché une baisse de 0,5% au lieu d'une hausse de 2,1% durant la même période en 2016.

Parallèlement, cette croissance a été soutenue par la consommation finale et les échanges extérieurs, relève la même source, précisant que les exportations de biens et services ont affiché une hausse de 10,5% au 3-ème trimestre de 2017 au lieu de 2,2% une année auparavant, tandis que les importations ont connu un net ralentissement à 1,5% au lieu de 17,1%. Ainsi, les échanges des biens et services ont dégagé une contribution positive à la croissance de l'économie nationale, se situant à 2,9 points au lieu d'une contribution négative de (-6,4) points lors du même trimestre de l'année précédente. En revanche la demande intérieure a connu un ralentissement, avec une hausse de 0,9% au 3-ème trimestre de 2017 au lieu de 7,2% la même période de l'année 2016, soit une contribution par 1 point à la croissance économique nationale au lieu de 7,8 points.

Par ailleurs, les dépenses de consommation finale des ménages ont connu une hausse de 4,5% au lieu de 3,5%, contribuant pour 2,6 points à la croissance au lieu de 2 points, alors que la consommation finale des administrations publiques a affiché une augmentation de 0,7% au lieu de 0,9%, avec une contribution à la croissance de 0,1 point au lieu de 0,2 point.

Pour sa part, l'investissement brut (formation brute de capital fixe et variation de stocks) a enregistré une baisse de 5,3% au lieu d'une hausse de 18,1%, avec une contribution négative à la croissance de (-1,8) points au lieu de 5,5 points, durant le même trimestre de l’année précédente.

Le revenu national brut disponible a également connu un ralentissement de son rythme de croissance à 2,9% au lieu de 4,4% au troisième trimestre de l’année précédente, dû à une diminution des revenus nets reçus du reste de monde de 3,9% au lieu d’une hausse de 23,2%.

Pour sa part, l’épargne nationale s’est située à 27,8% du PIB au lieu de 28,5%, eu égard de la croissance de la consommation finale nationale en valeur de 3,6% au lieu de 3,3% enregistrée une année auparavant. L’investissement brut a représenté 31,2% du PIB au lieu de 33,3% durant le 3-ème trimestre de 2016, ainsi le besoin de financement de l’économie nationale a connu une baisse, passant à 3,4% du PIB après avoir été de 4,8%.

Le 30 Décembre 2017

Source Web : Atlas Info

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Green attitude Par Radia LAHLOU

Green attitude Par Radia LAHLOU

Que l’on se situe au nord ou au sud de la planète, nous avons tous la même préoccupation, le même devoir. Epargner la terre pour que subsistent les géné...

Mohammed VI tape du poing sur la table

Mohammed VI tape du poing sur la table

Peu après l'annonce des grâces, le souverain a vivement critiqué dans son discours les partis politiques et administrations publiques, pointant des "dysf...