Le Maroc et l’UE achèvent les négociations sur l’accord de pêche avec inclusion du Sahara

Le Maroc et l’UE achèvent les négociations sur l’accord de pêche avec inclusion du Sahara

Les négociations viennent de s'achever en vue de reconduire l'accord de pêche qui a expiré le samedi 14 juillet à minuit. Tout comme l’accord agricole, il inclura explicitement les provinces et les eaux sahariennes.

Plus que l’accord agricole, l’accord de pêche était fortement attendu. Le “polisario“ et les pays hostiles au Maroc espéraient un échec. Un échec qui se serait manifesté par un refus d’inclure les provinces sahariennes dans l’accord et ce, d’une manière explicite.

Dans le domaine agricole, peu de produits d’origine du Sahara sont exportés vers l’Europe. Mais dans le domaine halieutique, c’est le contraire. Une majorité de produits proviennent du Sahara.

Le samedi dernier 14 juillet avant minuit, la flotte communautaire et espagnole avait quitté les eaux marocaines, dans l’attente de la conclusion finale. La délégation marocaine était rentrée la veille de Bruxelles après un troisième round de discussions.

Le premier round avait débuté le 20 avril. Le quatrième et dernier a pris fin ce jeudi 19 juillet. Avec la finalisation de l’accord.

En plus du fait que l’activité de pêche est effectuée essentiellement dans les provinces du sud, cet accord porte une charge historique, emblématique et symbolique. Le secteur de la pêche est considéré comme l’un des indicateurs de la bonne santé des relations maroco-européennes.

Le nouveau texte qui a été négocié inclut explicitement le Sahara marocain, conformément aux exigences de l’arrête de la Cour de justice de l’Union européenne rendu le 27 février 2018.

Les négociateurs européens savaient d’emblée que l’intégrité territoriale du Maroc est une ligne rouge. Selon des sources sûres, les deux parties ont échangé dans un esprit de confiance pour élaborer le meilleur texte.

Si on extrapole donc, la conclusion des négociations en vue de la reconduction de cet accord de pêche signifie que plus globalement, les relations entre les deux parties restent “excellentes, dans la ligne de leur histoire déjà longue“.

L’entrée en vigueur de l’accord doit attendre en principe sa ratification par les parlements des deux parties. La partie européenne souhaite toutefois une entrée en vigueur provisoire en attendant la ratification.

Le 20 juillet 2018

Source Web : Médias 24

Les tags en relation

 

Les articles en relation