Smart city?!

Smart city?!

Pendant les protectorats, et pas qu’au Maroc, les politiques d’aménagement étaient visionnaires. Les avenues et boulevards étaient larges, l’urbanisme était harmonisé, l’architecture solide et les trottoirs imposants... les villes étaient conçues en perspective d’une démographie grandissante. Certaines d’entre elles avaient même leur tramway! A aujourd’hui, ces centres-villes, partout dans le monde, résistent encore à l’épreuve du temps, de la densité de la population et de la pollution. A l’époque les moyens étaient certes plus rudimentaires, mais le travail était pensé avec sérieux. Peut-on en dire autant de nos jours, particulièrement chez nous, où l’armature urbaine est complètement déstructurée? Avons-nous assez pris soin de notre bel héritage? Avons-nous bâti des villes qui peuvent grandir encore et encore sans être dénaturées ni s’écrouler aux moindres pluies, des villes qui servent leurs habitants et qui leur offrent des cadres de vie agréables? Prenons juste l’exemple de Casablanca, la capitale économique du Maroc, qui a la prétention de devenir une smart city. Ah! En voilà un beau slogan...! Mais, ne se décrète pas ville intelligente qui veut. Une smart city, c’est une ville qui suppose une économie intelligente, une mobilité intelligente, un environnement intelligent, des habitants intelligents, un mode de vie intelligent et, enfin, une administration intelligente. C’est une transformation qui requiert une population mieux éduquée, un service public up-date et un capital physique en bonne santé, dont Casablanca ne dispose pas. Du moins pas encore. L’infrastructure de base n’est pas digne des ambitions de la capitale économique. Routes, voieries, mobilité urbaine, éclairage public, espaces verts, collecte des ordures, toilettes publiques, loisirs, service au citoyen,... tout manque et tout est à repenser. En 2019, à Casablanca, on chute sur un trottoir, mais on a des bus-épaves dotés du wifi... Smart city?! Casablanca aurait eu plus de chances le siècle dernier...

Le 24 avril 2019

Source web : l'économiste

amdgjb

Plaquette de l'AMDGJB-Geoparc Jbel Bani

Les tags en relation

 

Les articles en relation