Comment la région PACA est devenue le deuxième territoire touristique de France grâce au digital ?

Comment la région PACA est devenue le deuxième territoire touristique de France grâce au digital ?

Avec sa célèbre Côte d’Azur connue du monde entier, la région PACA participe au rayonnement touristique de la France. Pour attirer toujours plus de touristes, le « Sud » mise beaucoup sur le numérique notamment au travers du volet formation et emploi.

La maison de l’emploi de Marseille vient de publier un livre-blanc qui dresse un état des lieux de la filière numérique sur de multiples secteurs économiques en région Provence-Alpes-Côtes-d’Azur. Pendant des mois, des professionnels, experts, institutions, ont planché sur la question pour identifier les atouts, les points de vigilance, les chances et les perspectives du numérique dans de nombreux domaines, parmi lesquels le tourisme. Avec un chiffre d’affaires de 4 milliards d’euros, la région PACA se positionne au deuxième rang des territoires touristiques les plus attractifs, après l’Île-de-France. Le secteur représente d’ailleurs 22,4% des emplois de la région. Autrement dit, la filière reste donc vigoureuse pour l’emploi et pleine de promesses, notamment en ce qui concerne le numérique.

Miser sur l’emploi et la formation

A ce titre, les projets vont bon train pour valoriser l’attractivité du territoire. La création du label régional « Capital européenne du tourisme » a été l’un des premiers coups de pouce offerts à la région en 2016, accompagné d’une enveloppe de 2,5 millions d’euros.

Dotée de nouveaux moyens, la région s’est employée à mettre en oeuvre le nouveau Schéma régional de développement touristique. Parmi les huit programmes de ce vade-mecum, un chapitre entier est consacré à la formation et à l’emploi. Inventer le tourisme de demain passe avant tout par la modernisation des formations aux métiers du voyage. SEO, Big data, IA, objets connectés, story telling (…), le tourisme du futur recouvre plusieurs réalités qui nécessitent de nouvelles compétences chez les futurs acteurs de la profession. Aussi, les écoles se sont aujourd’hui adaptées à ces nouvelles exigences et offre un apprentissage diversifié et professionnalisant. Bon nombre d’entre elles s’associent autour de projets concrets d’innovation. C’est le cas de l’Escaet par exemple, école de commerce spécialisée dans les métiers du tourisme et de l’EPITECH qui ont réfléchi ensemble à l’élaboration d’un projet d’incubateur tourisme, Provence Travel Innovation. Ont d’ailleurs collaboré, le Welcome City Lab, deuxième incubateur français dédié au tourisme. Un autre accélérateur de start-up basé à Aix-en-Provence, Voyage Privé, complète ce noyau méridional dynamique. L’accélérateur  qui accompagne via Les Tremplins by Voyage Privé » les jeunes pousses spécialisées dans le marketing, le mobile, le data (…), mise beaucoup sur la formation. En effet, il envisage de créer une université dédiée aux métiers du e-tourisme.

Enfin, des écoles spécialisées dans les métiers du numérique se sont défiées autour d’un hackathon de deux semaines sur l’île du Frioul pour tenter de  développer un produit numérique pour le site de Provence Tourisme et destiné à enrichir l’expérience touristique des visiteurs sur le territoire. Cet événement de programmation informatique collaborative a débouché ensuite sur un jobdating rassemblant une vingtaine d’entreprises.

Le 02/05/2019

Source web Par Quotidiendutourisme

amdgjb

Plaquette de l'AMDGJB-Geoparc Jbel Bani

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Tourisme : Regagner les Marchés Perdus

Tourisme : Regagner les Marchés Perdus

C’est là les conclusions à tirer d’une certaine politique touristique qui a conduit à la contraction des flux touristiques vers le Royaume, surtout au d...

Risma : Du bon cru malgré la crise

Risma : Du bon cru malgré la crise

Malgré une conjoncture touristique titubante, Risma semble avoir tiré son épingle du jeu en 2016, avec une embellie durant les premiers mois de 2017, avec la...

Le Maroc, pays touristique ?

Le Maroc, pays touristique ?

Peut-on affirmer que le Maroc est un pays à vocation touristique, capable de concurrencer des destinations lui livrant une rude concurrence, quand on sait que ...