Google : la tendance « Zéro clic » se confirme, 49% des recherches s’arrêtent à la lecture des résultats

Google : la tendance « Zéro clic » se confirme, 49% des recherches s’arrêtent à la lecture des résultats

Une étude le confirme : on clique de moins en moins sur les résultats de recherche. Une problématique majeure pour les éditeurs de sites internet.

49% des requêtes "s'arrêtent" à la lecture des résultats de recherche. Crédits : Rand Fishkin.

49% des requêtes Google s’arrêtent à la page de résultats

Une étude menée par Rand Fishkin (SparkToro) grâce à des données récoltées par Jumpshot le prouve : on clique de moins en moins sur les résultats de recherche Google. Plus d’un milliard de requêtes sur Google US ont été analysées :

    0,11% ont cliqué sur un résultat payant mettant en avant un site Google.

    5,90% ont cliqué sur un résultat naturel mettant en avant un site Google.

    3,58% ont cliqué sur un résultat payant (hors sites Google)

    41,45% ont cliqué sur un résultat organique (hors sites Google)

    48,96% n’ont pas cliqué

zeo-clic

Ce graphique montre l’évolution de la répartition des clics depuis 2016. Crédits : Rand Fishkin.

Les internautes considèrent qu’ils n’ont plus besoin de cliquer sur Google

Cette étude montre qu’une partie non-négligeable du trafic est transmise aux sites Google (6%). Mais elle prouve surtout une tendance de fond, problématique pour les éditeurs de sites internet : près d’un internaute sur deux s’arrête à la page de résultats Google et n’accède pas aux sites web référencés sur cette page.

On peut identifier au moins deux raisons : dans certains cas, les résultats proposés à l’internaute ne correspondent pas à son intention. Il n’a pas besoin de cliquer sur les résultats : les titres des pages référencées suffisent, il comprend qu’il doit procéder à un nouvelle requête. L’algorithme de Google n’est pas parfait, il n’est pas toujours en mesure de comprendre précisément les souhaits des internautes.

L’autre raison est évidente et beaucoup plus gênante pour les éditeurs : Google, via le knowledge graph, les featured snippets et d’autres données structurées, devient de plus en plus un moteur de réponse. L’objectif de Google n’est pas de diriger le trafic vers les sites les plus pertinents, son but est de servir directement la réponse à l’internaute.

C’est un vrai risque pour les éditeurs de sites internet, mais aussi pour la culture des internautes, qui ne vont plus sur les sites web pour s’informer précisément sur les sujets. Ils ont une confiance aveugle en Google : le moteur de recherche leur délivre forcément la bonne réponse, la seule vérité qui compte, il devient inutile d’aller plus loin.

Sur mobile, 61% des requêtes Google s’arrêtent à la page de résultats

La situation est moins marquée sur PC que sur mobile :

    3,88 % des internautes cliquent sur un résultat payant

    61,4 % cliquent sur un résultat naturel

    34,7% ne font aucun clic

ctr-zeo-clic

Ce graphique montre l’évolution des clics sur desktop depuis 2016. Crédits : Rand Fishkin.

Vous l’aurez compris : si la situation est meilleure sur desktop, cela signifie qu’elle est pire sur mobile. C’est assez logique. Les box de réponse proposés par Google sont parfois plus grands que la taille des écrans. L’analyse des clics est sidérante : plus de 60% des requêtes n’aboutissent même pas à un clic sur un résultat de recherche sur mobile !

    3,53% cliquent sur un résultat payant

    35,3% cliquent sur un résultat organique

    61,2% se contentent de « regarder » les résultats proposés par Google

google-ctr-zeo-clic

Ce graphique montre l’évolution des clics sur mobile depuis 2016. Crédits : Rand Fishkin.

L’évolution est assez forte : en trois ans, la part des requêtes mobiles qui n’aboutissent pas à un clic sur un résultat est passée de 55% à 61%.

Dans les années à venir, la recherche vocale – qui récompense clairement les sites qui permettent à Google de fournir une simple réponse vocale, issue des premiers sites – va progresser. Google continuera sa mutation, du moteur de recherche au moteur de réponse. Ses algorithmes s’amélioreront, pour fournir directement les réponses les plus pertinentes aux usagers. Bref, cette tendance n’est pas prête de s’inverser…

Le 20/06/2019

Source web Par Blogdumoderateur

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Google Maps devient multimodal

Google Maps devient multimodal

La société appartenant à l’empire Google enrichit ses fonctionnalités en devenant une plateforme multimodale qui propose différents moyens de transport s...