Le confinement sera prolongé de trois semaines (officiel)

Le confinement sera prolongé de trois semaines (officiel)

Ce lundi 18 mai à partir de 13H, le Chef du gouvernement Saâdeddine Elotmani, présente les prochaines étapes après le 20 mai. Le confinement sera prolongé de trois semaines, à cause de l'apparition renouvelée de clusters.

Finalement, le contenu de l'exposé n'a pas été fidèle à son intitulé. L'exposé concernait la gestion du confinement après le 20 mai. Maintenant, on devra parler de gestion du confinement après le 10 juin.

Elotmani a annoncé qu'il n'y aura pas de déconfinement le 20 mai et que le confinement sera prolongé de trois semaines.

Il a apporté des explications scientifiques sur l'état de l'épidémie, exposant des indicateurs extrêmement positifs en matière de maîtrise de la propagation mais déplorant la poursuite de l'apparition de nouveaux foyers, notamment à Casablanca et dans une moindre mesure Marrakech-Safi, Fès-Meknès et Tanger-Tétouan Al Hoceima.

Il a avancé que le taux de reproduction du virus, à l'échelle nationale, est de 0,9 ce lundi 18 mai.

Il a enfin annoncé le lancement, dès la semaine prochaine, de consultations avec les partis politiques, les syndicats "et toutes les forces vives" au sujet de la gestion de la prochaine étape, notamment le projet de loi de Finances rectificative.

Le cadre de la réunion conjointe avec les deux chambres

La Chambre des représentants et la Chambre des conseillers tiennent, ce lundi, une séance commune consacrée à la présentation par le chef du gouvernement, Saâdeddine Elotmani, du "développement de la gestion du confinement pour l'après 20 mai".

Selon un communiqué conjoint des deux Chambres, cette séance, se tient conformément aux dispositions de l'article 68 de la Constitution et dans le cadre des mesures préventives de lutte contre la propagation du coronavirus, prises par les instances des deux institutions législatives.

ART. 68

Le Chef du Gouvernement peut également demander au Président de la Chambre des Représentants et au Président de la Chambre des Conseillers de tenir des réunions communes des deux Chambres, pour la présentation d’informations portant sur des affaires revêtant un caractère national important.

Les réunions communes se tiennent sous la présidence du Président de la Chambre des Représentants. Les règlements intérieurs des deux Chambres déterminent les modalités et les règles de la tenue de ces réunions

Les propos d'Elotmani

Voici des extraits des propos d'Elotmani:

"J'ai tenu personnellement à mettre en oeuvre cette disposition de la constitution qui consiste à réunir les deux chambres pour leur communiquer ces informations importantes".

"La gestion du confinement après le 20 mai telle que je vais l'exposer est une oeuvre collective".

"La pandémie a été bien gérée au Maroc, grâce à Sa Majesté et aux efforts collectifs. Les indicateurs, taux de guérison, taux de létalité par exemple, ont évolué favorablement".

"Le rôle des citoyens sera décisif pendant la prochaine étape".

"Nous avons besoin de souffle, c'est un engagement de longue haleine."

"Le gouvernement a privilégié l'approche horizontale dans la gestion des conséquences économiques et sociales".

Le Chef du gouvernement présente un bilan de ce qui a été réalisé et la manière dont la gestion de la situation a été conduite: commission scientifique et technique, comité de veille économique etc...

"Le ministre de la Santé nous a transmis il y a une semaine un rapport scientifique et épidémique pour nous aider à prendre nos décisions. Le Maroc reste au stade 2 de l'épidémie, contrairement à de nombreux pays".

"La gestion de la situation a été marquée par la transparence vis-à-vis du citoyen, aussi bien pour l'état épidémique que pour les conséquences socio-économiques".

"Une nouvelle plateforme sera lancée pour que les citoyens qui estiment ne pas avoir bénéficié de l'indemnité alors qu'ils étaient éligibles. Toutes leurs réclamations ou plaintes seront traitées".

"La situation épidémique, jusqu'à ce lundi 18 mai: une cinquantaine de cas sérieux ou critique, dont une vingtaine en réanimation".

"Je l'ai déjà dit par le passé: sortir du confinement est plus difficile que d'y entrer. Le confinement est une épreuve, certes; mais cela nous a permis des acquis dont la maîtrise de la propagation."

"Nous voici devant une épreuve, après deux mois de confinement. Comment allons-nous gérer l'étape suivante?"

"Les rapports du ministère de la Santé et des experts: le taux de reproduction doit être inférieur à 1 pendant deux semaines, avec une stabilité pendant deux mois. De préférence, qu'il soit inférieur à 0,7. Aujourd'hui, le taux national est de 0,9."

"Le taux de létalité doit être inférieur à 3%. Ce matin, il était inférieur à 2,8%".

"Le taux de cas graves ou critiques doit être inférieur à 10%. Actuellement, il est de 1% au Maroc".

"Le taux d'utilisation des moyens de réanimation doit être inférieur à 30%. En réalité, il est de 4% au Maroc."

"Tous les indicateurs sont bons, sauf le taux de reproduction".

"La décision de déconfinement ne doit pas conduire à un effondrement du système de santé."

"Selon les experts, le Maroc a évité 300.000 à 500.000 cas ainsi que 6.000 cas nécessitant une réanimation. Le Maroc a également évité près de 10.000 décès. Soit 6.000 nouveaux cas et 200 décès par jour en moyenne depuis début mars".

"Ce qui n'est pas rassurant, c'est le nombre de foyers qui apparaissent. 476 foyers sont apparus, dont la moitié à caractère familial (obsèques, fêtes). 20% sont des clusters industriels. A Casa, trois nouveaux foyers sont apparus il y a deux jours".

"Tout cela, dans la perspective de l'Aid, n'est pas rassurant. Nous ne voulons pas que l'Aïd ne soit pas une vraie fête".

"Je partage les attentes et les préoccupations des citoyens. Je sais à quel point cela a été éprouvant, ces deux mois de confinement. Mais nous savons la portée des risques".

"La situation épidémique n'est pas totalement rassurante: relâchement du confinement, multiplication des foyers. Nous ne devons pas prendre le risque de perdre les acquis. Ces derniers jours, nous avons été en contact permanent pour réfléchir et étudier".

Elotmani annonce alors une prolongation du confinement pendant trois nouvelles semaines, donc jusqu'au 10 juin.

Ce propos laisse penser que la décision de prolongation du confinement est de portée nationale. Pourtant, 30 provinces sont complètement en zone verte, sur les 75 provinces au total. Et au moins 10 autres ont 3 cas résiduels ou moins. Le taux de reproduction du virus, dans 7 régions, se situe entre 0 et 0,6. N'aurait-il pas été possible de décréter des assouplissements dans ces provinces? Comment un citoyen de Chefchaouen (zéro cas depuis le début) va-t-il accueillir cette décision qui est justifiée par des clusters apparus dans 4 régions (Marrakech-Safi, Tanger-Tétouan-Hoceima, Fès-Meknès et surtout Casablanca-Settat)? Les clusters industriels ne sont-ils pas, en partie, de la responsabilité des autorités locales?

Le conseil de gouvernement sera appelé demain (mardi 19 mai) à adopter une proposition de l'état d'urgence sanitaire.

Elotmani a exposé également les conditions du déconfinement : avoir une capacité hospitalière suffisante, procéder à un dépistage large (8.000 tests sont effectués quotidiennement, selon El Otmani), tracer les contaminations (à travers notamment l'application Wiqaytna) et disposer d'un stock suffisant d'équipements médicaux (masques, gel hydroalcoolique...).

Il a également annoncé les principes auxquels doit obéir le confinement : la progressivité, la réversibilité (possibilité de revenir en arrière), la territorialité, le maintien des aides sociales, le maintien des mesures de précaution et la discrimination positive à l'égard des personnes vulnérables. Il ajoute que les unités industrielles qui n'appliquent pas correctement les mesures de précaution et d'hygiène seront fermées.

Le 18/0(/2020                         

Source Web Par Médias 24

Les tags en relation

 

Les articles en relation