L’UC, l’autre parti qui prend la défense du tourisme au sérieux

L’UC, l’autre parti qui prend la défense du tourisme au sérieux

Après le Parti de l’Indépendance, c’est au tour de l’Union Constitutionnelle de prendre le relai pour la défense du tourisme au Maroc. Celui-ci en connaît bien des choses vu que Mohammed Sajid, secrétaire général du parti, était l’ex-ministre du Tourisme avant la nomination de Nadia Fettah.

Et c’est de bonne guerre que le débat sur le tourisme soit ainsi élargi aux formations politiques qui commencent à en appréhender dans sa dimension stratégique d’économie rentable et adducteur d’emplois.

L’Union Constitutionnelle a récemment, en effet, adressé un courrier alarmiste au Premier ministre Othmani, dans lequel il fait part de ses propositions pour un plan de relance de l’économie nationale à travers plusieurs axes. Alors que le Parti de l’Indépendance a soumis une feuille de route complète ayant retenu l’attention par sa pertinence et son attardement sur les petits détails.

Dans son écrit, l’Union Constitutionnelle a clairement indiqué que le tourisme a été le secteur le plus touché par la crise et qu’il faut sauver, à condition qu’il donne des signaux forts permettant aux professionnels de regagner confiance à travers des mesures de relance programmées dans l’urgence du temps et la définition de l’espace. Pour ce faire, l’UC recommande que le Gouvernement fasse des annonces claires et immédiates pour permettre aux professionnels et TO de se préparer et à programmer leurs calendriers d’activités, précisant que la période entre la date de l’annonce et la date de reprise de l’activité devrait être suffisante.

L’Union constitutionnelle reconnaît qu’il s’agit d’un secteur compétitif appelé à vivre une concurrence acharnée post-Covid de la part des autres destinations touristiques, en particulier dans la région méditerranéenne. « Par conséquent, nous pouvons compter sur une relative relance par l’encouragement du tourisme intérieur tout au long de l’année. En ce qui concerne le secteur du transport aérien, le parti a rappelé que le Maroc a su conclure des partenariats intéressant avec d’autres compagnies aériennes, favorisant le développement touristique régional. Toutefois, il souligne l’urgence à ce que les frontières aériennes soient libérées le plus rapidement possible pour faire face à la demande potentielle et permettre aux TO de reprogrammer le Maroc, précisant que ces compagnies et TO doivent avoir une marge de temps suffisante et non pas du jour au lendemain).

Le 07/06/2020

Source web par : premium travel news

Les tags en relation

 

Les articles en relation