TSGJB BANNER

Le gouvernement officiellement investi ce mercredi

Le gouvernement officiellement investi ce mercredi

Une séance au Parlement pour le vote de confiance et l’investiture parlementaire

Cette séance d’investiture intervient après une première séance lundi dernier, consacrée à la présentation par le chef de l’Exécutif des détails du programme gouvernemental.

Les regards se tournent vers le Parlement avec ses deux Chambres pour une séance déterminante ce mercredi. Et pour cause, les parlementaires vont procéder à un vote de confiance sur le nouveau gouvernement, synonyme d’une investiture officielle après la nomination royale, comme prévu par la Constitution du pays. Cette dernière stipule dans son article 88 qu’après «la désignation des membres du gouvernement par le Roi, le chef du gouvernement présente et expose devant les deux Chambres du Parlement réunies le programme qu’il compte appliquer.

Ce programme doit dégager les lignes directrices de l’action que le gouvernement se propose de mener dans les divers secteurs de l’activité nationale et notamment dans les domaines intéressant la politique économique, sociale, environnementale, culturelle et extérieure. Ce programme fait l’objet d’un débat devant chacune des deux Chambres. Il est suivi d’un vote à la Chambre des représentants. Le gouvernement est investi après avoir obtenu la confiance de la Chambre des représentants, exprimée par le vote de la majorité absolue des membres composant ladite Chambre, en faveur du programme du gouvernement». Cette séance d’investiture intervient après une première séance lundi dernier, consacrée à la présentation par le chef de l’Exécutif des détails du programme gouvernemental.

Le chef du gouvernement Aziz Akhannouch a ainsi décliné les principaux engagements de son cabinet pour la période 2021-2026, tels que consignés dans le programme gouvernemental. M. Akhannouch a indiqué que la définition de ces engagements majeurs s’inscrit dans le cadre de l’application du principe de la reddition des comptes et vise à faciliter le suivi et l’évaluation du bilan du gouvernement. Il a précisé que ces engagements consistent en la création d’au moins un million de postes d’emploi nets au cours des cinq prochaines années, l’augmentation du taux d’activité des femmes de plus de 30% au lieu de 20% actuellement, la mise en œuvre de la protection sociale globale, la protection et l’élargissement de la classe moyenne, et la création des conditions socioéconomiques favorables à l’émergence d’une classe agricole moyenne dans le monde rural. Il a ajouté que ces engagements englobent également la mobilisation du système éducatif, toutes composantes confondues, pour placer le Maroc dans le Top 60 des meilleurs pays dans le monde en la matière (contrairement aux derniers classements dans la majorité des indicateurs mondiaux), et la mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe, notamment à travers la création d’un fonds spécial doté d’un milliard de dirhams d’ici 2025. Le gouvernement, a-t-il poursuivi, s’engage pendant la période de son mandat à améliorer progressivement les équilibres macroéconomiques du Royaume. M. Akhannouch a, par ailleurs, expliqué que la majorité des électeurs ont choisi, lors des échéances communales, régionales et législatives, de soutenir les partis politiques ayant présenté des programmes ambitieux et réalistes et qui comportent des mesures chiffrées et précises. Il a estimé que la volonté populaire a montré, à travers le taux de participation et les résultats des urnes, que le rétablissement de la confiance en l’action politique passe immanquablement par la présentation d’options et de programmes sociaux crédibles qui abordent les priorités réelles des citoyens.

Réponses réalistes

Akhannouch-Parlement

Le chef de gouvernement a affirmé que le programme gouvernemental apporte des réponses réalistes et ambitieuses pour sortir de la crise et se projeter dans l’avenir avec détermination et constance, en adoptant une batterie de mesures visant à mettre en œuvre le nouveau modèle de développement et les actions à mener contenues dans les programmes des partis formant la majorité gouvernementale, afin d’apporter une réponse explicite aux priorités des citoyennes et citoyens.

M. Akhannouch a affirmé que le programme gouvernemental puise son esprit et sa philosophie des Hautes Orientations Royales et se recoupe avec le contenu du nouveau modèle de développement du Royaume. Il s’agit, selon lui, d’un projet qui puise sa source dans les constantes du Royaume, sa richesse historique, la vitalité de sa culture, la diversité de son identité et la multiplicité de ses capacités, prospectant ainsi les perspectives du développement intégré et durable.

Les engagements

Akhannouch

Les principaux engagements du gouvernement pour la période 2021-2026 tels que déclinés, lundi, par le chef du gouvernement Aziz Akhannouch, lors d’une séance conjointe consacrée à la présentation du programme gouvernemental devant les deux Chambres du Parlement sont les suivants : création d’au moins un million de postes d’emploi nets au cours des cinq prochaines années; augmentation du taux d’activité des femmes de plus de 30% au lieu de 20% actuellement; mise en œuvre de la protection sociale globale; protection et élargissement de la classe moyenne et création des conditions socioéconomiques favorables à l’émergence d’une classe agricole moyenne dans le monde rural; mobilisation du système éducatif, toutes composantes confondues, pour placer le Maroc dans le Top 60 des meilleurs pays dans le monde en la matière (contrairement aux derniers classements dans la majorité des indicateurs mondiaux); mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe, notamment à travers la création d’un fonds spécial doté d’un milliard de dirhams d’ici 2025; et l’amélioration progressive des équilibres macroéconomiques du Royaume.

Le 13/10/2021

Source web Par : Aujourd'hui Le Maroc

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Aziz Akhannouch au Tourisme !

Aziz Akhannouch au Tourisme !

Après que Sa Majesté Mohamed VI ait relevé de leurs fonctions les 12 ministres qui ont été élus députés, les ministres en fonction ont hérités proviso...