Couscous: l'ONSSA va réaliser une étude élargie sur les mycotoxines

Couscous: l'ONSSA va réaliser une étude élargie sur les mycotoxines

Après la polémique sur une présumée présence de mycotoxines dans le couscous produit au Maroc, l'ONSSA s'engage à lancer une étude sur ces mycotoxines. En plus du couscous, tous les produits dérivés des céréales seront examinés.

Nouvel épisode dans l’affaire des "mycotoxines dans le couscous marocain". Après avoir publié un premier démenti où il expliquait que ses contrôles réguliers n’ont jamais relevé la présence dans le couscous produit au Maroc d’éléments pouvant être nocifs pour le consommateur, l’ONSSA (Office national des sécurités sanitaires des produits alimentaires) décide aujourd’hui d’aller encore plus loin en lançant un appel d’offres pour la réalisation d'une étude approfondie sur ces mycotoxines.

C’est là une sorte de réponse à l’étude initiale réalisée par des chercheurs de l’université espagnole de Valencia, en collaboration avec des chercheurs marocains de l’Université Chouaïb Doukkali d’El Jadida, et qui avait sonné le début de la polémique, en révélant que plus de 90% des échantillons de couscous analysés contenaient des mycotoxines.

L'étude que s’apprête à lancer l’ONSSA vise à établir un état des lieux sur la présence -ou non- des mycotoxines (les afllatoxines et l’ochratoxine A) dans les produits alimentaires les plus couramment consommés au niveau national, notamment les céréales et leurs dérivés (blé dur, blé tendre, farines, aliments pour volailles…), et déterminer le degré de leur contamination éventuelle par lesdites mycotoxines en vue d’évaluer le niveau d’exposition du consommateur et des animaux à ces substances.

«Le but est d’entreprendre des plans de contrôle ciblés et orientés à l’égard des mycotoxines mais également de renforcer les plans de surveillance qui viennent d’être mis en œuvre récemment par l’ONSSA», explique-t-on auprès de l’Office.

On remarquera ici que l’étude en question ne devrait pas se contenter d’étudier le couscous, mais s’étendra à tous les produits dérivés des céréales.

Plus globalement, le projet d'étude tentera d'identifier les différents types de mycotoxines présentes au Maroc, déterminer les produits alimentaires à risque et leur degré de contamination, et évaluer les niveaux d’exposition des consommateurs aux produits alimentaires contaminés par les mycotoxines.

Le 05 Septembre 2016
SOURCE WEB Par Le 360

Les tags en relation

 

Les articles en relation