Les résultats très disparates d’Air France – KLM

Les résultats très disparates d’Air France – KLM

La conférence de presse des résultats annuels d’Air France KLM avait cette année un petit air de festival de Cannes tant flashs crépitants et caméras étaient de la partie. Il faut dire qu’il s’agissait là quasiment de la première sortie de Benjamin Smith (à l’exception d’une interview accordée à Paris Match en septembre dernier) devant la presse. Autant dire que le canadien, premier non français à diriger le groupe était attendu.

C’est entouré de Pieter Elbers (président du directoire de KLM), Anne Rigail (directrice générale d’Air France) et Frédéric Gagey (directeur général finances Air France-KLM) que le DG d’Air France – KLM (qui entre par ailleurs au conseil de surveillance de KLM) s’est donc présenté devant la presse, avec dans la poche, un accord signé avec les pilotes d’Air France et un compromis trouvé avec les hollandais pour une nouvelle gouvernance du groupe

Ensemble, ces quatre-là forment le nouveau CEO Committee appelé à déterminer l’orientation stratégique de l’ensemble des compagnies aériennes et unités opérationnelles du Groupe.

Quels enseignements tirer des résultats 2018 du groupe franco-néerlandais ? D’abord qu’avec plus de 100 millions de passagers transportés Air France – KLM affirme être aujourd’hui le leader européen en nombre de passagers long-courrier et en passager-kilomètre-transportés. Ensuite qu’avec un résultat d’exploitation de 1,3 milliard, le groupe a connu une année 2018 résiliente malgré un premier semestre compliqué selon les propres mots de son directeur financier. On pense à la fois à l’impact des grève chez Air France (dont le coût est estimé à 335 millions d’euros) et à l’augmentation de la facture carburant.

Reste que les deux principales compagnies du groupe sont loin d’afficher les mêmes performances. Sur les 1,332 milliard d’euros de résultat d’exploitation générés en 2018, KLM en produit 1,073 contre 266 millions d’euros pour Air France. Et quand la marge d’exploitation d’AF est de 1,7%, celle de sa consœur néerlandaise atteint quasiment les 10% (corrigée de l’effet grève, la marge d’AF plafonnerait à 4%, toujours très loin des performances de KLM). Bref, le moteur du groupe est aujourd’hui hollandais.

Transavia, la filiale low-cost d’Air France KLM a généré un résultat d’exploitation de 139 millions d’euros, en hausse de 18%.

En 2019, le groupe entend pratiquer une forme de discipline en matière de capacités, avec une croissance de 2 à 3% pour ses compagnies de réseaux et une croissance de 9 à 11% pour Transavia. Il s’attend en outre à une augmentation de 650 ME de sa facture carburant. Le groupe entend en outre pousser son plan d’investissement, notamment via l’accélération de la croissance de la flotte de Transavia et une accélération de la rénovation des cabines des long-courriers d’Air France.

Le 20 février 2019

Source web : Quotidiendutourisme

amdgjb

Plaquette de l'AMDGJB-Geoparc Jbel Bani

 

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Ryanair : un record pour Noël ?

Ryanair : un record pour Noël ?

Ryanair, a annoncé qu’elle transportera plus de 10 millions de clients pendant les fêtes de fin d’année (du 11 décembre au 8 janvier), battant de 5% le ...