Le clash / le crush : Thomas Cook, Club Med... quand le tourisme fait du neuf avec du vieux !

Le clash / le crush : Thomas Cook, Club Med... quand le tourisme fait du neuf avec du vieux !

Le rachat de Thomas Cook par Fosun interroge Thierry Beaurepère cette semaine. I Crédit photo Adobe Stock

Mercredi, c'est permis ! Thierry Beaurepère est de retour pour vous faire part de son humeur du moment. Cette semaine, il s'interroge sur les discussions entre Thomas Cook et Fosun, aussi propriétaire du Club Med, pour un rachat du voyagiste anglais. Comme un air de déjà-vu ?

À l'instar du vieux monde de la politique qui prend l’eau de toute part, le vieux monde du tourisme — comprenez celui né à l’orée du XXIème siècle avec la montée en puissance des géants anglo-saxons — est en passe de voler en éclat… À force de regarder vers l’Est, du coté de chez TUI, on en avait presque oublié de jeter un coup d’œil de l’autre côté de la Manche, chez Thomas Cook. Mais depuis quelques semaines, l’actualité rattrape le géant anglais surendetté. À la City, les actionnaires doivent avoir le cœur bien accroché. Le cours de l'action en bourse, qui a dévissé de 84% en un an, joue au yo-yo au gré des rumeurs. 

Le démantèlement semble bel et bien en marche, avec un mercato touristique digne de celui de la Premier League anglaise ! D’un côté le pôle aérien de Thomas Cook, emmené par la compagnie allemande Condor, qui intéresserait notamment Lufthansa (qui n’en finit plus de rafler tout ce qui passe à portée d’ailes !) mais aussi Virgin Atlantic, désormais détenue à hauteur de 31% par Air France-KLM. Voilà qui permettrait à la compagnie française d’aller taquiner indirectement sa rivale d’outre-Rhin sur ses propres terres, à savoir les hubs de Francfort et Bruxelles. Dans les salles feutrées des conseils d’administration, un nouveau chamboule-tout du ciel européen se prépare !

Thomas Cook et Club Med (de nouveau) réunis ?

De l’autre, les activités de tour-opérateur qui semblent faire saliver le chinois Fosun, déjà actionnaire à hauteur de 17% et par ailleurs propriétaire en France du Club Med. Et là, comme en politique, on se prépare à faire du neuf avec du vieux ! Bien évidemment, tout n’est encore que bruits et chuchotements mais cette opération, si elle devait se confirmer, aurait d’étonnantes prolongations dans l’Hexagone.

Flash back pour les moins de 20 ans, ou les nuls en histoire du tourisme ! Rappelons qu’en 1999 (il y a justement tout pile 20 ans), le Club Med avait racheté Jet tours à René Marc Chikli et ses acolytes (qui avaient empoché au passage une jolie plus-value !). Dix ans plus tard, la marque au trident recédait le TO à un certain… Thomas Cook. Mais les deux marques avaient gardé une proximité par le biais de partenariats. Vous me suivez ? Bref, revoir demain le Club Med et Jet tours à nouveau réunis, cette fois-ci sous l’égide d’un groupe chinois, aurait de quoi faire sourire !

L'option Havas Voyages

À moins que dans son souci de renflouer sa trésorerie au plus vite, Thomas Cook ne décide d’ici là de sacrifier son pôle français qui, malgré les efforts de Nicolas Delord et de ses équipes pour le remettre à flot, n’a jamais gagné le moindre centime. En vrac ou à la découpe ? Là encore, toutes les rumeurs circulent, à en donner le vertige. À commencer (forcément !) un rachat par Laurent Abitbol et ses amis actionnaires qui, dans un rêve ultime, pourraient fusionner Havas Voyages et Thomas Cook dans un même ensemble.

Encore un retour à la case départ, car rappelons (toujours pour les nuls !) que le groupe anglais a débarqué en France en l’an 2000 en rachetant les agences Havas Voyages (première formule) qu’il s’empressa de rebaptiser Thomas Cook, avant qu’un autre réseau HV ne soit parallèlement créé. Vous n’avez pas tout compris ? Je m’y perds moi aussi ! C’est que le tourisme français n’en finit plus de tourner en rond… On pourrait en rire si, à chaque fois, ce Meccano du voyage ne se traduisait par des licenciements en pagaille.

Le 12/06/2019

Source web Par Tour Hebdo

Les tags en relation

 

Les articles en relation