L’ADMINISTRATION AMÉRICAINE N’A D’YEUX QUE POUR LE MAROC

L’ADMINISTRATION AMÉRICAINE N’A D’YEUX QUE POUR LE MAROC

La diplomatie américaine sous Trump s’est départie de sa réserve des premiers mois à l’égard du royaume pour ne plus jurer que par la politique de juste équilibre qui semble avoir ses faveurs à Washington.

Depuis les développements intérieurs en Algérie et le raidissement du pouvoir contre le mouvement de colère qui a suivi la candidature du président Bouteflika à un cinquième mandat, la diplomatie américaine et les conseillers à la défense de Trump, ont revu l’importance stratégique du Maroc à la hausse pour mieux apprécier sa stabilité. Il ne se passe plus un jour sans que des gestes significatifs et des commentaires élogieux ne soient avancés à l’égard du royaume et sa politique.

L’on a pu en faire le constat ces derniers jours quand les américains ont été les premiers à féliciter rabat pour avoir procéder aux premiers rapatriements de Syrie de ses ressortissants ayant combattu pour Daech. Plus récemment le département d’état a félicité le Maroc pour sa politique migratoire et affiché sa satisfaction pour la manière avec laquelle est menée la gestion de la question des droits de l’homme dans les provinces sahariennes. Ces nouveaux indicateurs sont les preiers à être retenus par les observateurs pour conclure à un changement d’approche à l’égard de Rabat alors que Washington montre plus de bienveillance à l’égard de la position marocaine sur le Sahara, notamment au conseil de sécurité de l’ONU.

Le 14/03/2019

Source web : Actu-Maroc

AMDGJB

Plaquette de l'AMDGJB-Geoparc Jbel Bani

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Le dilemme des groupes de réflexion

Le dilemme des groupes de réflexion

Sans la recherche de haute qualité fournie par les groupes de réflexion indépendants, il ne peut y avoir de processus décisionnel efficace, ni même de base...

Le monde perdu du Brexit

Le monde perdu du Brexit

Lorsque l'électorat britannique a décidé, il y a près de trois ans, de quitter l'Europe, le monde était très différent de ce qu'il est aujour...