La Première Extermination Nazie N'était Pas Contre Les Juifs : C'était Le Génocide Des Enfants Handicapés, Moins Connu Dans L'histoire.

La Première Extermination Nazie N'était Pas Contre Les Juifs : C'était Le Génocide Des Enfants Handicapés, Moins Connu Dans L'histoire.

L'Holocauste n'était pas la première extermination massive perpétrée par le nazisme : en effet, déjà deux ans avant le début des déportations, le régime hitlérien avait lancé un programme de génocide bien structuré, dont les méthodes ont inspiré les camps d'extermination des Juifs : le nom du programme était Aktion T4.

Ce n'est pas la haine d'un peuple étranger qui a animé le projet, mais d'un groupe particulier de citoyens allemands, considérés génétiquement "inférieurs" et donc condamnés à une fin atroce : les handicapés.

Kinder

Aktion T4 était un programme eugénique caché : le même nom a été inspiré par son adresse : 4 Tiergartenstraße, Berlin. Les bases idéologiques se trouvent dans le même manifeste idéologique du nazisme, "Mein Kampf" : dans celui-ci, l'objectif d'"hygiène raciale" a également été décliné dans le sens de ne préserver que les "enfants bien portants et en bonne santé".

Cela a été mis en œuvre à la suite de l'accession au pouvoir d'Hitler en 1933, par la stérilisation forcée de 400 000 personnes handicapées, physiques et mentales.

Wunder_des_Lebens

Photo : Manifeste nazi eugénique de 1935 dénonçant la menace représentée par la reproduction d'"indésirables génétiques", qui auraient pu devenir la majorité de la population.

Aktion_brand

C'est en 1939 que l'Aktion T4 a commencé : avec une lettre (voir photo) Hitler a autorisé la création du Comité du Reich pour l'enregistrement scientifique des maladies héréditaires et congénitales, dirigé, entre autres, par le Dr Karl Brandt et le chef nazi de la Chancellerie Philipp Bouhler.

Karl_Brandt_SS-Arzt

Qui était Karl Brandt ? Le médecin responsable du premier meurtre d'un enfant handicapé allemand dans l'Allemagne nazie, Gerhard Kretschmar. Né avec quelques mois d'avance avec des handicaps physiques et mentaux graves et incurables, son père a écrit à Hitler pour lui demander d'autoriser l'euthanasie. Évidemment, étant en ligne avec l'idéologie et le programme d'action nazi, Hitler a donné sa permission : c'était en juillet 1939. La lettre qui a lancé l'aktion T4 a été écrite peu de temps après.

Philipp_Bouhler

Par décret, tous les médecins, infirmières et sages-femmes devaient signaler les enfants de moins de 3 ans souffrant d'handicaps mentaux ou physiques graves, les parents étaient encouragés à placer leurs enfants malades dans l'une des six cliniques pédiatriques spécialement désignées en Allemagne et en Autriche.

College Park

Au départ, les médecins et les administrateurs des cliniques n'incluaient que les nourrissons et les jeunes enfants dans l'opération, mais bientôt les garçons jusqu'à 17 ans ont également été internés et la mesure a rapidement été étendue aux adultes handicapés.

Holocaust-Memorial

A partir de janvier 1940, le programme d'euthanasie a donc été appliqué en série et à grande échelle. Des médecins évaluaient et sélectionnaient les patients pour la "phase finale" du programme. Il s'agissait principalement de personnes atteintes de schizophrénie, d'épilepsie, de démence, d'encéphalite et d'autres troubles psychiatriques ou neurologiques chroniques. Les patients sélectionnés étaient directement transportés vers un centre de "soins spéciaux", c'est-à-dire avec des salles de monoxyde de carbone déguisées en douches.

C'est Bouhler qui a conçu le stratagème du "bain et désinfection" comme moyen de faire taire les victimes le plus longtemps possible : une méthode qui a également été adoptée contre les Juifs.

Cemetery-at-Hadamar

Malgré les tentatives de le déguiser et de le garder secret, le programme Aktion T4 a rapidement été démasqué pour ce qu'il était, un génocide pour des motifs eugéniques. Les premiers à s'en rendre compte étaient les proches des victimes : incapables de rendre visite à leurs chers détenus, ils ont fini par recevoir le même type de lettre qui annonçait le décès de l'être cher à cause de la "rougeole" ou d'autres maladies infectieuses qui avaient rendu nécessaire la crémation. C'est l'Église qui a montré de la résistance à ce programme et pour sensibiliser le public à ce grave problème.

Finalement, Hitler dut arrêter le programme en août 1941. Le résultat final a été de 300 000 victimes, toutes allemandes et autrichiennes, dont la moitié étaient des enfants.

Karl-Brandt1

À la fin de la guerre, seuls quelques-uns des chefs de programme nazis ont été traduits en justice. En 1946-1947, la Cour militaire internationale a condamné plusieurs médecins nazis pour leur implication dans le programme (et d'autres crimes), dont le Dr Brandt.

Le docteur Pfannmüller a finalement été condamné pour son implication dans 440 meurtres en 1951 à cinq ans de prison, puis réduit à quatre en appel : il a fini sa vie en homme libre dans sa maison de Munich jusqu'en 1961.

Source web par: curioctopus             

Les tags en relation

 

Les articles en relation

La CNT passe à l’action

La CNT passe à l’action

En ce moment même, la Confédération Nationale du Tourisme tient une réunion à Casablanca avec un panel représentatif de l’ensemble des acteurs du Touris...