1ère année Bac : Dans l’expectative, les parents des élèves exigent la tenue de l’examen régional avant le mois d’octobre

1ère année Bac : Dans l’expectative, les parents des élèves exigent la tenue de l’examen régional avant le mois d’octobre

1ere-annee-bac: L’examen régional a en effet été ajourné une première fois pour une tenue en septembre 2020, pour finalement être reporté à une date ultérieure. Les élèves se retrouvent ainsi dans une situation inédite, en ce sens qu’ils sont appelés à entamer leur année du bac, sans avoir complètement « validé » l’année précédente 

La pandémie du coronavirus a perturbé le cours habituel de la vie des Marocains. Parmi les secteurs les plus impactés, celui de l’enseignement, et la multitude de défis qu’il pose pour la poursuite, dans des conditions plus ou moins normales, du cursus scolaire des élèves. Justement ceux de la 1ère année Bac se retrouvent dans une situation des plus troublantes, après le report sine die de l’examen régional.

Initialement fixé pour la fin de l’année scolaire écoulée, l’examen régional a en effet été ajourné une première fois pour une tenue en septembre 2020, pour finalement être reporté à une date ultérieure. Les élèves se retrouvent ainsi dans une situation inédite, en ce sens qu’ils sont appelés à entamer leur année du bac, sans avoir complètement « validé » l’année précédente.

Fortement perturbés pas ces conditions qui fragilisent davantage leurs enfants, soumis en cette saison scolaire à nombre de pressions (confinement, enseignement à distance, deux reports d’examen et une rentrée des plus incertaines), les parents des élèves de la 1ère année Bac dénoncent ce « harcèlement moral » dont sont victimes leurs enfants et ces atermoiements à répétition qui font planer une menace réelle sur leur avenir.

Les parents, qui se sont constitués en une sorte de coordination pour plaider la cause de leurs enfants auprès des instances concernées, notamment le ministère de tutelle, ont multiplié les initiatives pour tenter de faire entendre leur voix. Ils ont ainsi lancé une pétition en ligne et des campagnes sur les réseaux sociaux pour réclamer la tenue de l’examen régional avant le mois d’octobre.

Ils ont également adressé une lettre au ministre de l’éducation nationale, Said Amzazi, où ils expliquent que « les conditions liées au confinement, aux reports et à l’incertitude, ont fortement perturbé le moral des élèves de la 1ère année Bac et risquent fort de se répercuter sur leurs notes et de compromettre sérieusement leur avenir ».

« Après une année scolaire à rebondissements, et des vacances passées à préparer l’examen régional qui devait se tenir le 4 septembre, les élèves sont très stressés et aimeraient pouvoir tourner cette page pour se consacrer totalement à leur Bac, une étape cruciale dans leur cursus pédagogique », ajoutent les parents dans leur missive.

letrre-Amzazi

A ce propos, Mme Loubna Abderrafi, une maman concernée par cette problématique, et qui a été désignée représentante de la coordination auprès des instances compétentes, fait noter que « la détresse de ces enfants est vraiment à prendre au sérieux ! Ils ne savent plus où donner de la tête ni à quelle tâche se consacrer, sachant que c’est une année décisive qui les attend ».

« Le problème est plus compliqué pour ceux qui veulent postuler pour des écoles à l’étranger, car la porte des candidatures est fermée vers fin décembre-début janvier, et ils doivent entre temps avoir fourni leur dossier avec les attestations de réussite et les relevés de notes de la 1ère année Bac, or ils n’ont rien et risquent de rater des opportunités », confie-t-elle à Hespress Fr.

Cette maman, qui s’exprime au nom de bien d’autres parents inquiets, indique de même que « ces enfants ont vécu une année très compliquée, avec une première moitié en présentiel, une autre à distance, ils n’ont pas eu de vacances puisque leur examen a été reporté à septembre, et après tout ce stress, ils n’ont aujourd’hui aucune visibilité et sont encore plus perturbés qu’avant ».

«Ce qui n’est pas non plus compréhensible c’est que pour l’actuelle rentrée scolaire, le ministère a laissé le choix entre l’enseignement en présentiel ou à distance, ce qui veut dire qu’il est à même de garantir un apprentissage sécurisé pour des millions d’élèves sur toute une année, alors même qu’il ne cesse de reporter un examen qui dure une seule journée et pour un nombre d’élèves beaucoup moins important », nous dit-elle.

Et d’ajouter : «Le ministère est pourtant habitué à gérer ce genre de situation. Il a pu assurer l’examen national du baccalauréat avec ses deux sessions, le concours d’accès aux facultés de médecine général, médecine dentaire et pharmacie, qui s’est déroulé cette année à l’échelle nationale…Nous pensons qu’il aurait tout autant pu assurer le bon déroulement de l’examen régional et éviter à tous une situation qui parât aujourd’hui inextricable ».

Au moment où nous mettons en ligne, nous apprenons que le ministère aurait convoqué les représentants des associations des parents d’élèves, pour une réunion ce lundi, axée sur plusieurs problématiques liées à la rentrée scolaire, dont probablement celle de l’examen régional.

Le 31 Août 2020

Source web par : hespress

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Fin de vacances : Début des grèves

Fin de vacances : Début des grèves

Les enseignants contractuels se rebiffent d’entrée La Coordination nationale des enseignants assujettis au système du contrat se prépare à entamer une ...