#STX2019 : Sabre veut permettre aux acteurs traditionnels de devenir des OTA

#STX2019 : Sabre veut permettre aux acteurs traditionnels de devenir des OTA

Depuis le début de semaine se tient l’évènement annuel de Sabre à Las Vegas. L’occasion pour la société américaine de présenter aux clients, journalistes et partenaires leurs nouveaux produits. Derrière toutes ces nouveautés se dessine en filigrane une volonté claire : transformer tous les acteurs du Tourisme en retailers. A travers son système d’API, Sabre veut leur permettre de vendre tous les produits qu’ils souhaitent afin de proposer une expérience de bout en bout. Une ambition qui pourrait remodeler la distribution dans le secteur. 

« Nous voulons transporter nos clients dans la prochaine ère du retail intelligent », a introduit Sean Menke, CEO de Sabre, sur la scène de l’évènement STX 2019 qui se déroule actuellement à Las Vegas. Une idée construite à partir d’un besoin exprimé par les clients de Sabre : maximiser les revenus. « La compétition entre les acteurs du secteur ne fait que grandir. Ces dernière années, les recettes pour un siège dans l’aérien ont baissé de 30% quand les recettes issues des produits ancillaires ont augmenté de 6% », a précisé Cem Tanyel, président de Sabre Airline Solutions, lors d’une intervention accordée aux journalistes.

La société veut donc donner la possibilité aux compagnies aériennes, à travers la norme NDC, et aux hôteliers, à travers sa plateforme SynXis Intelligent Retailing de proposer des offres personnalisées à leurs propres clients tout en augmentant leur revenus. « Les dépenses globales pour l’aérien, l’hébergement et les activités pourraient atteindre 5 billions de dollars », a précisé Sean Menke. Aujourd’hui, les dépenses dans l’aérien et l’hôtellerie n’atteignent « que » 1,2 billion de dollars. Les activités, les transports, les restaurants et les évènements représentent donc une manne non considérable pour ces acteurs.

Le but de Sabre ? Devenir LA Marketplace des voyages personnalisés d’ici 2025. A cette date, les voyageurs seront davantage enclins à partager leurs informations pour accéder à plus de personnalisation, selon Dave Shirk, président de Sabre Travel Solutions.

Sean-Menke

Sean Menke au centre, entouré de plusieurs executives de Sabre

Vers une uniformisation des plateformes ?

Il s’agit donc de permettre aux voyageurs d’acheter n’importe quel produit touristique en adéquation avec le contexte de leur voyage. Mais la vision de Sabre va plus loin. Car en plus des produits ancillaires, un hôtel pourra demain vendre des billets de train, voire des billets d’avions. Si l’on pousse l’idée à son paroxysme, rien n’empêchera un hôtel ou une compagnie aérienne de devenir une OTA.

« Nous voulons que nos clients puissent proposer une large palettes de produits et de services comme peut le faire Amazon dans ses recommandations. Demain, il n’y aura plus de sites internet de compagnies aériennes ou d’hôteliers, il y aura des sites de voyage », nous a confié Dave Moore, senior vice president – platform development, Sabre Travel Solutions. « Mais nous ne sommes pas en train de créer de la concurrence aux OTA actuelles, nous a précisé Sundar Narasimhan, président Sabre Labs and product strategy, car les OTA auront accès elles aussi à ce contenu ».

Dans le domaine de l’hôtellerie, Clinton Anderson, président de Sabre Hospitality Solutions, a révélé à TOM que la société n’écarte pas la possibilité de travailler avec Booking.com sur ces sujets. « Ce sera de toute façon à l’hôtel de décider s’il veut que ces produits additionnels soient disponibles sur les chaînes indirectes », a-t-il expliqué.

Les représentants de Sabre sont prudents, aucun n’utilise le mot OTA. Mais Justin Ricketts, senior vice president – software engineering, Sabre Hospitality Solutions, le concède : « Notre but est de construire une Marketplace pour offrir des voyages plus personnalisés. Et pour cela nous devons permettre au voyageur de réserver tout son séjour à un seul endroit ».

Des API pour les gouverner tous

Difonzo

Dave Moore, Louis Selincourt et Joe Difonzo

Pour permettre aux acteurs du Tourisme de proposer ce nouveau contenu aux voyageurs, Sabre s’appuie sur des API, comme cela a toujours été le cas depuis des décennies. Pour rappel, une API est un petit programme qui permet à deux logiciels de communiquer entre eux.  Selon Joe Difonzo, CIO de Sabre, ces nouveaux modèles voient le jour grâce à une nouvelle génération d’API : « Auparavant, nous développions des API pour chacun des secteurs. Des API pour les compagnies aériennes, des API pour les hôteliers, etc. Désormais, nous mettons au point des API qui peuvent être utilisées par n’importe qui dans le secteur. Elles peuvent être utilisées en interne, mais aussi par des partenaires. Elles sont plus génériques », nous a-t-il expliqué. « Nous ne créons plus d’API qui permet de réserver un billet d’avion. Nous créons une API qui permet de réserver quelque chose. C’est à l’entreprise de décider quoi », a-t-il ajouté.

C’est grâce à ces nouvelles briques technologiques plus ouvertes qu’il sera possible de vendre davantage de produits et créer des offres plus personnalisées, sous forme de packages. « Le pouvoir est dans le partenariat », déclarait Sean Menke sur scène au début de l’évènement. Il semblerait en effet que les acteurs du Tourisme s’apprêtent à être connectés entre eux comme ils ne l’ont jamais été auparavant.

Le  27 juin 2019

Source web Par tom travel

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Promo du Maroc en Tchéquie

Promo du Maroc en Tchéquie

La 26ème édition du Salon du tourisme, du voyage et de la gastronomie ‘‘Holiday World’’, qui aura lieu à Prague, du 16 au 19 février, connaîtra la ...

Qui sera le futur ministre du Tourisme ?

Qui sera le futur ministre du Tourisme ?

Même si rien n’est figé sur la constitution du prochain Gouvernement ni sur le calendrier de sa constitution, plusieurs noms circulent déjà sur celui qui ...