Croissance. Un bon démarrage en 2017 (HCP)

Croissance. Un bon démarrage en 2017 (HCP)

La reprise est particulièrement due au redressement de la valeur ajoutée agricole, grâce à la pluviométrie excédentaire. La demande internationale et la consommation intérieure y ont également contribué.

L’économie nationale a progressé de 4,3% au premier trimestre 2017, rapporte le Haut commissariat au plan dans une note de conjoncture publiée ce 5 avril.

Cette reprise est bien évidemment due au redressement de la valeur ajoutée agricole (+12,9%), après avoir pâti d’une régression de 9% au premier trimestre 2016. Hors agriculture, la valeur ajoutée a affiché une hausse de 3%, tirée notamment par les activités du secteur tertiaire.

En effet, les branches tertiaires ont contribué pour près de 1,4 point à la croissance au lieu d’un point un trimestre plus tôt. La dynamique est surtout observée au niveau des activités du commerce et du transport, ainsi qu’à la poursuite du redressement des activités touristiques. La valeur ajoutée de celles-ci s’est en effet accrue de 6,7% en variation annuelle.

En outre, la valeur ajoutée du secteur secondaire s’est améliorée de 2,9% au premier trimestre 2017, en variation annuelle, "portée notamment par le dynamisme des activités minières", rapporte le HCP.

Reprise de la demande extérieure

Dans un contexte d’amélioration de l’économie mondiale au premier trimestre 2017, le commerce mondial de biens s’est redressé de 4% en variation annuelle, et ce suite à la reprise de l’activité des importations des économies avancées et émergentes. En ligne avec cette évolution, la demande étrangère adressée au Maroc s’est affermie de 4,5%.

Profitant de la reprise des importations des pays de la zone euro, les exportations de biens ont augmenté de 2% au premier trimestre 2017. Cette progression a également profité, selon le HCP, de la relance des expéditions des engrais naturels et chimiques (+32%), favorisée par la hausse graduelle de leurs cours mondiaux.

Hors phosphates et dérivés, les exportations n’augmentent toutefois que de 0,5%. Le HCP rapporte que la demande extérieure adressée aux secteurs aéronautique, électronique et agro-alimentaire est restée favorable, mais que les exportations des secteurs de l’automobile et du textile et cuir se sont essoufflées.

Parallèlement, les importations ont grimpé de 9,5% au premier trimestre 2017, suite au renchérissement de la facture énergétique, dans un contexte de reprise des cours des produits énergétiques après l’accalmie observée en 2016.

Soutenues par la demande intérieure, les importations hors énergie ont été alimentées par les achats de biens d’équipement, des produits bruts et, dans une moindre mesure, par les biens de consommation. En revanche, les importations de produits alimentaires ont fléchi, sous l’effet du repli de près de 50% de la facture céréalière.

La hausse plus prononcée des importations par rapport aux exportations a engendré un creusement du déficit commercial de près de 21%, au premier trimestre 2017 et en glissement annuel, et un repli de 4 points du taux de couverture pour se situer à 57%.

Demande intérieure soutenue

La consommation des ménages a continué de soutenir la croissance économique au premier trimestre 2017, dans un contexte de hausse modérée des prix à la consommation et d’amélioration des revenus en milieu rural, estime le HCP.

En variation annuelle, son volume s’est accru de 4%, contribuant pour environ 2,4 points à la croissance globale du PIB, au lieu de 1,8 point un trimestre plus tôt.

Cette progression de la consommation domestique a été alimentée, entre autres, par un accroissement de 5,2% des crédits à la consommation et a profité, en grande partie, aux produits locaux, l’augmentation des importations de biens finis de consommation n’ayant pas dépassé 2% à fin février 2017.

En revanche, l’investissement affiche un accroissement de 3% en variation annuelle, soit une légère décélération par rapport au trimestre précédent. Il contribue ainsi pour près de 0,9 point à la croissance du PIB, au lieu d’un point un trimestre auparavant.

Ce ralentissement est particulièrement attribuable au relâchement des investissements publics dû, entre autres, au retard observé dans l’exécution budgétaire du trésor; ainsi qu’aux faibles performances qui caractérisent le secteur de la construction (+0,8% en variation annuelle), indique le HCP.

Les dépenses d’investissement du Trésor ont ainsi fléchi de 10,7%, à fin février 2017. L‘investissement en produits industriels a, en revanche, poursuivi son affermissement, dans le sillage d’une progression de 13,9% des importations de biens d’équipement et d’une amélioration de 6,6% du flux des crédits accordés à l’équipement.

4,6% de croissance au prochain trimestre

Pour le second trimestre de 2017, le HCP estime que la croissance économique nationale devrait se poursuivre à un rythme plus soutenu, sous l’effet d’un accroissement de 14,8% de la valeur ajoutée agricole, d’une progression de 3,6% en variation annuelle de la valeur ajoutée industrielle, et une hausse de 2,8% de la valeur ajoutée du secteur tertiaire.

La croissance économique devrait donc se hisser à 4,6% au second trimestre 2017.

Dans un contexte d’amélioration du climat des affaires aussi bien dans les économies émergentes qu’avancées, malgré les incertitudes politiques encore fortes en Europe, la hausse des importations des pays avancés devrait améliorer la demande mondiale adressée au Maroc de 4,7% en glissement annuel.

Le HCP indique toutefois que "la dépréciation actuelle de l’euro vis-à-vis du dollar sur les marchés de change pourrait jouer en défaveur de la compétitivité-prix de nos exportations à destination de la zone euro d’une part, et renchérir nos importations de produits bruts d’autre part, surtout si les cours mondiaux des matières premières industrielles poursuivraient leur progression".

Le 05 Avril 2017

SOURCE WEB Par Médias 24

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Tourisme: La revanche des résidents

Tourisme: La revanche des résidents

Les dépenses progressent de 6,8% à 32,7 milliards de DH en 2015 La baisse des prix et l’étalement des vacances expliquent le phénomène Sur les cinq...

Précarité : Le million manquant

Précarité : Le million manquant

Plus d’un million de jeunes marocains, âgés de 24 à 29 ans sont dans le désœuvrement total. Ils ne sont dans aucune école, ne suivent aucune formation e...

Croissance : Le pessimisme persiste

Croissance : Le pessimisme persiste

Après 0,5% au 2e trimestre dernier, l'économie marocaine poursuit son évolution à un petit rythme. La croissance se serait établie à seulement 1% au 3...