Le trafic aérien en France et en Europe affiche une croissance digne de la Chine

Le trafic aérien en France et en Europe affiche une croissance digne de la Chine

Air France-KLM a transporté quelque 660.000 passagers de plus en avril, comparé à avril 2016. - Shutterstock

Air France-KLM a enregistré une hausse de 8,5 % de son trafic passagers en avril. Le ciel européen affiche des taux de croissance comparables à ceux de l’Asie.

Si l'évolution du trafic aérien est encore un bon indicateur avancé de la croissance économique, alors les économies française et européenne ont de beaux jours devant elles. Depuis décembre, la croissance du trafic aérien en Europe et plus singulièrement en France, affiche en effet des taux de progression que l'on avait plutôt l'habitude de voir en Chine. Dernière illustration en date : les chiffres de trafic d' Air France-KLM . En avril dernier, le trafic passagers du groupe a bondi de 8,5 %, à 8,4 millions de passagers transportés, soit 662.000 de plus qu'en avril 2016, pour une offre en hausse de 5,5 %. Du jamais vu ou presque chez Air France-KLM !

Croissance à deux chiffres sur l'Amérique du Nord

Tous les segments de marché sont en hausse, la palme de la croissance revenant toutefois aux lignes sur l'Amérique du Nord, dont la fréquentation a bondi de 12,7 %. Et si au sein du groupe, KLM continue de caracoler en tête, avec un nombre de passagers en hausse de 10,2 % en avril, à 2,8 millions, pour une offre en hausse de 8,1 %, Air France a elle aussi renoué avec la croissance, avec un trafic en hausse de 2,7 %, à 4,28 millions, pour une offre en hausse de 1,2 % seulement. Quant à Transavia, la filiale low cost du groupe affiche l'une des plus fortes croissances du secteur, avec 27,8 % de passagers supplémentaires en avril (1,33 million) et 28,8 % depuis le début de l'année.

ADP a revu sa prévision de trafic en hausse

Cette envolée du trafic intervient alors que l'impact des attentats de fin 2015 s'était déjà estompé en avril 2016 et que les dernières attaques terroristes à Paris, en février, en mars et en avril, n'ont pas eu d'effet notables sur le trafic. Les touristes internationaux, notamment asiatiques et américains, qui avaient déserté Paris, sont de retour depuis quelques temps déjà , et pas seulement sur les vols d'Air France. En mars, les aéroports parisiens avaient ainsi accueilli 3,8 % de passagers supplémentaires (3,2 % à Roissy-CDG et 4,5 % à Orly) et 5 % sur le premier trimestre, tiré par une hausse de 17,9 % du trafic des compagnies low cost. Ce qui avait d'ailleurs conduit le groupe ADP à réviser à la hausse sa prévision de trafic pour 2017, portée à 3 % au lieu de 1,7 %.

Le trafic de Lufthansa en hausse de 25 %

Cette croissance n'est pas non plus spécifique à la France, puisque selon les chiffres de l'association des aéroports européens (AC), le nombre des passagers de l'Union européenne a augmenté de 7 % en mars et de 8,4 % sur le premier trimestre, tiré, là encore, par la croissance des compagnies low cost. Lufthansa Group affiche, pour sa part, un trafic en hausse record de 25 % en avril, à 11,2 millions de passagers, et de 16,5 % depuis le début de l'année, tirée par la croissance d'Austrian (23 %), Swiss (11,2 %), mais aussi la compagnie Lufthansa (10,2 %), dont l'activité avait toutefois été perturbée par les grèves en 2016. Quant à IAG, la maison-mère de British Airways et Iberia a transporté 10,3 % de passagers supplémentaires le mois dernier (8,78 millions), soit 26,6 % de plus pour Aer Lingus, 12,2 % pour Vueling, 13,4 % chez Iberia et 6,4 % pour British Airways.

Les prix des billets repartis à la hausse

Cette croissance est d'autant plus remarquable qu'elle intervient dans un contexte de remontée des tarifs aériens, après la forte baisse qui a accompagné la dégringolade des cours du pétrole. Selon l'indice du ministère des Transports, les prix des billets d'avion au départ de la métropole ont augmenté de 2,7 % en mars en moyenne et de 6,1 % pour les vols long-courriers. La hausse atteindrait même 8,5 % sur l Amérique du Nord ' et 7,1 % sur l'Asie. La recette unitaire d'Air France-KLM continue néanmoins de baisser au global, mais dans des proportions moins fortes que par le passé et moins importantes que chez ses principaux concurrents européens.

Le 10 Mai 2017

SOURCE WEB Par Les Echos

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Cherchez les touristes en Chine !

Cherchez les touristes en Chine !

Serait-on sur le point de perdre des marchés pour la conquête desquels on ‘est beaucoup investi ? Comment expliquer que ce sont plutôt les marchés ayant e...