Conseil de gouvernement La riposte du Maroc sera ferme à toute provocation contre son intégrité territoriale

Conseil de gouvernement La riposte du Maroc sera ferme à toute provocation contre son intégrité territoriale

Le Conseil de gouvernement s'est réuni sous la présidence de Saâd Eddine El Othmani.

«Le Maroc est désormais dans une position offensive et proactive en ce qui concerne la cause nationale, dans le cadre d'une politique de fermeté, menée sous l'impulsion de S.M. le Roi Mohammed VI, qui consiste à s'opposer à toute provocation et à rompre définitivement avec la politique de la chaise vide», a souligné M. El Khalfi jeudi à Rabat, à l'issue du Conseil de gouvernement.

La riposte du Maroc sera ferme à toute provocation visant à porter atteinte à son intégrité territoriale, a affirmé jeudi le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la société civile, porte-parole officiel du gouvernement, Mustapha El Khalfi. «Le Maroc est, désormais, actuellement dans une position offensive et proactive en ce qui concerne la cause nationale, dans le cadre d'une politique de fermeté, menée sous l'impulsion de S.M. le Roi Mohammed VI, qui consiste à s'opposer à toute provocation et à rompre définitivement avec la politique de la chaise vide», a souligné M. El Khalfi, lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion hebdomadaire, à Rabat, du Conseil de gouvernement, sous la présidence du Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani. Il a, dans ce sens, rappelé la résolution 2351 du Conseil de sécurité, ainsi que le dernier rapport du Secrétaire général de l'ONU, qui a été on ne peut plus clair et direct en appelant l'Algérie et la Mauritanie à contribuer aux négociations en vue de parvenir à une solution politique. Ceci confirme, bel et bien, qu'il s'agit d'un conflit régional et non pas bilatéral, comme le véhiculent les ennemis de l'intégrité territoriale du Royaume, a-t-il précisé.

Ce rapport fait référence à la recommandation 66 du rapport du Secrétaire général des Nations unies du 14 avril 2008, après quatre rounds de négociations, menés sous l'égide de l'ancien émissaire onusien, Peter Van Walsum, ayant fait état du réalisme et du consensus, après que le Maroc a soumis sa proposition d'autonomie, a-t-il ajouté. «Nous sommes devant des éléments concrets formulés dans le rapport du Secrétaire général de l'ONU et la résolution du Conseil de sécurité ou encore dans la position des États-Unis, dans le cadre de leur loi budgétaire pour l'exercice 2017 et du rapport y afférent, outre le retrait par le Malawi de sa reconnaissance de l'entité fantoche», a relevé le ministre.

M. El Khalfi a affirmé que la décision de ce pays africain dément les propos selon lesquels le retour du Maroc à l'Union africaine mettrait un terme au processus des retraits de reconnaissance de la République chimérique, notant que tous ces développements interviennent dans le cadre de la politique de fermeté adoptée par le Maroc et qui a donné ses fruits.

Le ministre a, dans ces sens, rappelé que seulement 37 États n'ont pas retiré leur reconnaissance de la pseudo Rasd : 18 en Afrique, 17 en Amérique et 2 en Asie, alors leur nombre atteignait auparavant plus de 80. En outre, M. El Khalfi a relevé que la défaite des ennemis de l'intégrité territoriale du Maroc s'était illustrée à Guergarate, après que le rapport du Secrétaire général de l'ONU eut salué la position du Royaume, notant qu'ils (les ennemis) se sont retrouvés ainsi face à la communauté internationale.

Le 14 Mai 2017

SOURCE WEB Par Le Matin

Les tags en relation

 

Les articles en relation

À quoi joue Benkirane??

À quoi joue Benkirane??

Alors que son parti mène les dernières tractations pour la formation du gouvernement, le secrétaire général du PJD "dévoile de nouvelles données concerna...