Mohammed VI tape du poing sur la table

Mohammed VI tape du poing sur la table

Peu après l'annonce des grâces, le souverain a vivement critiqué dans son discours les partis politiques et administrations publiques, pointant des "dysfonctionnements" en matière de "gouvernance, d'efficience ou de qualité des prestations offertes aux citoyens".

Le monarque est revenu sur les évènements Al Hoceïma, qui ont "révélé une irresponsabilité sans précédent".

Fustigeant des acteurs qui se sont "rejetés mutuellement la responsabilité", Mohammed VI a pointé du doigt des "partis aux abonnés absents", qui "ne remplissent nullement leur mission', ce qui a "rendu la situation plus précaire encore".

"C’est là une attitude inadmissible, de la part d’instances dont la fonction est de représenter, d’encadrer les citoyens et de servir leurs intérêts", a-t-il martelé.

        Ce qu'il faut retenir de la fête du trône

        "Le discours du Roi sera décisif pour le Hirak"

Alors que l'approche "sécuritaire" adoptée par les autorités a été très critiquée par les ONG et la société civile, Mohammed VI a rejeté les "allégations" portées par ceux qui parlent "abusivement" d’approche "sécuritaire", saluant "les agents des forces de l’ordre qui consentent d’énormes sacrifices (...), pour assurer la sécurité et la stabilité du pays".

"A travers tout le discours du roi on peut lire Al Hoceïma, mais ce n'est pas un discours sur Al Hoceïma", a résumé la source gouvernementale haut placée contactée par l'AFP.

"C'est un discours de vérité où le roi a tapé du poing sur la table et fait un diagnostic sans appel avec une volonté de faire face aux défis dans toutes les régions (...) le roi partage la déception et la frustration de la population", a ajouté ce responsable..

Le 30  Juillet 2017

SOURCE WEB Par La Dépêche

Les tags en relation

 

Les articles en relation