Les chantiers d’hôtels foisonnent à Casablanca

Les chantiers d’hôtels foisonnent à Casablanca

Au moins sept projets en cours de construction

La majorité sur l’axe Mohammed V, Belvédère, Casa-Voyageurs…

Plusieurs unités hôtelières sont prévues dans le périmètre de la future gare LGV Casa Voyageurs. Parmi lesquelles, l’enseigne Ibis ainsi que 3 autres unités non loin de la place Albert 1er. Un autre établissement hôtelier ouvrira également ses portes sur le rond-point Shell, à côté de l’Impérial Casablanca, inauguré en 2013 (Ph. F.Al Nasser)

Plusieurs chantiers d’hôtels en construction arrivent bientôt à terme à Casablanca. Beaucoup d’entre eux se situent sur l’axe Mohammed V, Belvédère, Casa-Voyageurs… Un 3 étoiles au rond-point Shell, un autre à l’angle Mohammed Diouri/Mohammed V, sans compter le projet de 3 unités hôtelières en cours de construction non loin du rond-point Albert 1er et un autre au niveau de l’intersection Hassan Sghir/Mohammed V.

Ces chantiers concentrés sur cet axe dénotent en fait d’un regain d’intérêt pour l’hyper-centre de Casablanca. En plus de la proximité des gares ferroviaires (Casa-Port et Casa-Voyageurs), du port et de la Marina, cette zone offre aussi une meilleure connectivité et une accessibilité grâce au passage de la 1re ligne de tram (et des prochaines lignes prévues).

Le chantier du nouveau Ibis à côté de Casa-Voyageurs est également à un stade très avancé. Une telle concentration d‘établissements hôteliers sur ce quartier et notamment sur la trajectoire du tramway de Casablanca n’est pas fortuite. La transformation de Casa-Voyageurs en gare LGV y est certainement pour beaucoup. L’effet structurant de cette nouvelle gare commence déjà à se faire sentir dans ce quartier.

Le chantier Casa-Voyageurs est assez avancé (derrière la gare du côté de la rue de l’Emir Abdelkader, face à l’ex-Centrale Laitière à Aïn Borja et à proximité du bd Youssef Ibn Tachfine). Dix à quinze millions de passagers y transiteront chaque année. Ce qui fait de cette gare une locomotive pour toute activité dans son périmètre.

Le patrimoine Art-déco de Casablanca est également un atout non négligeable. Plusieurs touristes et visiteurs viennent spécialement découvrir ces immeubles datant d’une époque où la ville était un véritable laboratoire architectural à ciel ouvert. Des monuments qui méritent que l’on se penche aujourd’hui sur leur sort. Beaucoup de biens gagneraient à être remis au goût du jour et réaménagés pour mieux les adapter aux besoins des PME et des TPE. D’autant plus qu’il y a une demande naissante d’espaces bureaux innovants, destinés aux petites structures.

Les grands groupes et les multinationales préfèrent migrer vers de nouvelles zones comme Sidi Maârouf, Marina, Corniche, CFC… D’ici quelques années, plusieurs entreprises (banques, assurances…) vont déménager vers leurs nouveaux sièges quittant ainsi leurs anciens locaux, sis dans des emplacements stratégiques au centre-ville (boulevards Hassan II, Mohammed V, les FAR…). Il faut donc penser dès maintenant à l’usage qui sera réservé à ces immeubles historiques.

Pour rappel, Casablanca ambitionne de développer à l’horizon 2020, une offre dédiée pour le tourisme d’affaires, en enrichissant l’expérience avec des offres de niche, comme le golf et le bien-être. L’objectif aussi est de capitaliser sur l’affluence d’affaires pour mettre en place une offre «city-break», articulée autour de la culture et des loisirs et en optimisant les synergies avec les régions avoisinantes, en particulier les sites de Rabat et d’El Jadida.

Plus de 7.000 lits supplémentaires

Casablanca devra mettre sur le marché plus de 7.200 lits supplémentaires, afin de pouvoir accueillir le nombre de touristes additionnels à l’horizon 2020. Avec sa capacité actuelle de près de 20.000 lits (contre 80.000 pour Marrakech), la ville affiche complet dès le démarrage de la saison des foires et salons. Afin de renforcer l’offre hôtelière, plusieurs établissements ont ouvert leurs portes récemment (2015/2016). Il s’agit entre autres du Four Seasons, Casablanca, Grand Mogador, Mogador Marina et Pestana. D’autres chantiers sont en cours notamment au quartier Maârif. C’est le cas de l’appart-hôtel Strelysia (96 apts) et du futur Kenzi à Sidi Maârouf. Sans oublier le Royal Mansour en pleine restructuration. De nouvelles unités sont également prévues à la Marina, mais leur réalisation a accusé beaucoup de retard. Il s’agit du Marriott (700 lits sur 42 étages), Oberoi Marina (300 lits) et une 3e unité 4 étoiles dont le gestionnaire reste encore à définir.

Le 07 août 2017

SOURCE WEB Par L’économiste

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Malaise chez les hôtels…

Malaise chez les hôtels…

Le bijou hôtelier marrakechi Amanjena et l’Amphitrite Palace, bien implanté sur le littoral de Skhirates, semblent mal en point à cause des grèves qui en ...

Casa Marina : Le mall de trop ?

Casa Marina : Le mall de trop ?

Annoncé pour le début d’année, Casa Marina Shopping Center n’a toujours pas ouvert ses portes. Le signe de la fragilité d’un secteur en pleine efferve...