Cette page dans les autres langues

Stratégie du secteur du tourisme : la Vision 2020

Stratégie du secteur du tourisme : la Vision 2020

L'engagement de la Vision 2020 est de continuer à faire du tourisme l'un des moteurs du développement économique, social et culturel du Maroc. Son ambition : faire partie des 20 plus grandes destinations mondiales à horizon 2020 et s'imposer comme une référence en matière de développement durable dans la région Méditerranéenne.

L'objectif de la Vision 2020 est de doubler la taille du secteur et la capacité d'hébergement, avec la création de 200 000 nouveaux lits. Cette nouvelle capacité d'accueil devrait permettre de doubler les arrivées de touristes (originaires d'Europe et des pays émergents). 470 000 nouveaux emplois directs seront créés sur l'ensemble du territoire national (1 million d'ici 2020). Les recettes touristiques devraient atteindre 140 milliards de dirhams en 2020 (soit un montant cumulé de 1 000 milliards). La Vision 2020 prévoit également de démocratiser le tourisme dans le pays et de tripler les voyages effectués par les résidents.

Un aménagement territorial généralisé et cohérent

Aujourd'hui, le tourisme au Maroc est largement concentré sur deux destinations : Marrakech et Agadir, qui totalisent plus de la moitié des nuitées internationales. Cette concentration géographique ne permet pas de mettre en avant toutes les potentialités du Maroc. C'est pourquoi une nouvelle politique d'aménagement et de développement a été lancée. Huit territoires ont été ainsi créés dans une logique de cohérence. L'objectif est de les doter d'une visibilité internationale et de les aider à accéder au statut de destination à part entière.

Deux territoires ont été définis sur le littoral atlantique et méditerranéen :

• « Souss-Sahara atlantique », rassemble les sites d'Agadir (y compris l'arrière-pays), de Laâyoune et de Guelmim ;
• « Maroc méditerranée », qui réunit les sites de Saïdia, Marchica et Cala Iris.
Quatre autres territoires ont été positionnés sur une offre mixte, culturelle et balnéaire :
• « Marrakech Atlantique », ancré sur les sites de Marrakech, du Toubkal et d'Essaouira ;
• « Maroc Centre » est la destination du voyage aux sources de la culture et de l'histoire et du bien-être, grâce à une complémentarité forte entre les sites de Fès, Meknès et Ifrane ;
• « Cap nord » réunissant les sites de Tanger, Tétouan, Chefchaouen, Asilah et Larache ;
• « Centre Atlantique », inclut Casablanca, Rabat et El Jadida.
Enfin, deux territoires sont destinés à devenir les vitrines du Maroc en matière de développement durable :
• « Grand Sud Atlantique », centré autour du site exceptionnel de Dakhla ;
• « Atlas et Vallées », ancré sur Ouarzazate, les vallées et les oasis, ainsi que le Haut Atlas.

Un nouveau schéma institutionnel

Plusieurs structures ont été créées afin d'assurer le pilotage harmonieux de la nouvelle économie touristique. La Haute Autorité du Tourisme est une instance nationale de pilotage, réunissant, dans le cadre d'un partenariat, l'État, les régions et le secteur privé. Sa mission est d'assurer la mise en œuvre de la vision 2020 et de renforcer la légitimité institutionnelle du tourisme. Les agences de développement touristique sont, quant à elles, créées progressivement dans les 8 territoires touristiques pour garantir la réussite des stratégies territoriales et de la politique touristique régionale.

Six programmes phares

Six programmes structurants ont été définis autour de la culture du balnéaire et de la nature. Ces programmes privilégient le tourisme durable et sont axés sur les niches à forte valeur ajoutée.

• Azur 2020 axé sur l'offre balnéaire ;
• Eco/Développement durable, visant à valoriser les ressources naturelles et rurales tout en les préservant ;
• Patrimoine & Héritage dont l'objectif est de valoriser l'identité culturelle du Maroc ;
• Animation, Sports & loisirs qui vise à créer une offre d'animation variée qui vient compléter les infrastructures touristiques de base ;
• Niches à forte valeur ajoutée en relation avec le tourisme d'affaires, le bien-être et la santé ;
• Tourisme interne « Biladi » qui va permettre de répondre aux attentes des Marocains en leur offrant un produit adapté.

La Vision 2020 prévoit en outre un Programme National pour l'Innovation et la Compétitivité Touristique articulé autour de trois principaux axes :

• le soutien spécifique aux petites et moyennes entreprises touristiques ;
• l'appui aux réseaux de référence sur toute la chaîne de valeur touristique ;
• l'amélioration de l'encadrement de l'activité touristique à travers une réforme réglementaire.

Une démarche intégrée en faveur du tourisme durable

Les touristes internationaux sont de plus en plus sensibles au tourisme durable, comme l'indique la multiplication des labels et des initiatives dans le domaine. À l'orée de son développement touristique, le Maroc dispose, de ce fait, d'une opportunité unique pour adopter un modèle marocain du tourisme durable qui pourra constituer un avantage concurrentiel déterminant. Pour accompagner le déploiement du volet développement durable de la Vision 2020, un dispositif intégré sera mis en place. Il inclut des outils spécifiques ainsi que des indicateurs d'évaluation et de suivi. Le dispositif permettra ainsi de mieux appliquer les critères de durabilité dans les normes de règlementation et de mettre en place des mécanismes financiers pour soutenir le développement des écoterritoires.

Ces actions seront complétées par une stratégie marketing et pilotées par la Commission du Tourisme Durable, entité de la Haute Autorité du Tourisme.

Une forte dynamique d'investissement

Pour favoriser l'accès aux ressources financières, l'État a créé le Fond Marocain de Développement Touristique (FMDT). A travers une approche structurante, ce fonds va permettre d'instaurer la confiance des investisseurs et donner une impulsion aux grands chantiers portés par la Vision 2020. En parallèle, des primes seront mises en place pour soutenir l'investissement touristique et l'orienter vers les territoires les moins développés, ainsi que vers les nouvelles opportunités de développement.

En ce qui concerne les transports, l'ONMT (Office National Marocain du Tourisme) et les ADT (Agences de Développement Touristiques) déploieront des stratégies spécifiques afin de soutenir la desserte aérienne et accroitre l'attractivité des territoires touristiques.

Dans chaque territoire, des centres d'excellence de formation seront crées afin de garantir l'adéquation entre l'offre de formation et les attentes du marché du travail. Ces centres seront issus d'un partenariat entre les secteurs public et privé.