États-Unis : Maduro appelle l'armée à "huiler" les fusils

États-Unis : Maduro appelle l'armée à

Le président vénézuélien a réagi à la décision de Donald Trump d'interdire l'entrée du territoire américain à certains Vénézuéliens.

La tension monte entre les États-Unis et le Venezuela. Mardi, c'est le président vénézuélien Nicolás Maduro qui a appelé l'armée à « huiler » les fusils après les nouvelles sanctions imposées par les États-Unis, qui ont interdit l'entrée sur le territoire américain à certains ressortissants du Venezuela. « Nous avons été honteusement menacés par l'empire le plus criminel qui ait jamais existé et nous avons l'obligation de nous préparer pour garantir la paix », a déclaré le chef de l'État lors d'une cérémonie sur la base aérienne Libertador, à Maracay (nord).

Deux jours après la décision du président américain Donald Trump d'inclure le Venezuela dans une liste de pays avec des restrictions d'entrée aux États-Unis, Nicolás Maduro a affirmé que, pour atteindre la « prospérité », il est nécessaire d'« avoir les fusils, les missiles et les tanks bien huilés, préparé (...) pour défendre chaque mètre du territoire en cas de besoin ». Washington a déjà imposé des sanctions financières au Venezuela et le président américain a prévenu début août que les États-Unis étudiaient plusieurs options, y compris militaires, pour mettre fin à la crise. « L'avenir de l'humanité ne peut pas être le monde des sanctions illégales, de la persécution économique », a lancé Nicolás Maduro, vêtu d'une chemise vert olive et d'une casquette militaire.

« Plus grande loyauté »

Durant la cérémonie, au cours de laquelle le président a demandé à l'armée sa « plus grande loyauté », des centaines de militaires ont procédé à des manœuvres terrestres et aériennes, dont le débarquement de troupes et des combats au corps à corps. Des avions russes – principal pays allié du Venezuela, avec la Chine – ont survolé ces exercices pendant la cérémonie. « Le Venezuela dispose du système de missiles le plus moderne qu'ont jamais eu les forces armées, à aucun moment de leur histoire », a souligné Nicolás Maduro, qualifié de « dictateur » par Trump, qui a exigé mardi des sanctions de l'Union européenne contre Caracas.

La Corée du Nord, le Venezuela et le Tchad ont été intégrés dimanche à la liste des pays visés par le décret migratoire américain pour des manquements à la sécurité sur leurs voyageurs et un manque de coopération avec Washington. Dans le cas du Venezuela, l'interdiction d'entrée aux États-Unis concerne les membres d'une longue liste d'instances gouvernementales vénézuéliennes et leur famille.

Le 27 septembre 2017                                      

Source web par  Atlas Info

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Donald Trump : le leader libre

Donald Trump : le leader libre

Trump, qu’on est parfaitement libre de détester et de mépriser pour cent raisons, est en passe de s’imposer tout naturellement comme le « leader » du mo...