Accord de principe pour l’adhésion du Maroc à la CEDEAO Un pont entre l’espace méditerranéen et la profondeur africaine

Accord de principe pour l’adhésion du Maroc à la CEDEAO Un pont entre l’espace méditerranéen et la profondeur africaine

La Conférence de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a donné, dimanche à Monrovia, son accord de principe à la demande d’adhésion du Maroc à ce groupement régional, ouvrant la voie à un rapprochement géoéconomique entre l’espace méditerranéen et la profondeur du continent africain.

Elle a également décidé d’inviter SM le Roi Mohammed VI à la prochaine session ordinaire de la CEDEAO, lit-on dans le communiqué final sanctionnant les travaux du 51ème sommet ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO.

L’adhésion du Maroc à ce groupement régional composé de 15 pays est en phase avec les ambitions du continent qui aspire au développement et à la diversification de son économie. En fait, la CEDEAO, créée le 28 mai 1975, était devenue la priorité du Maroc après son retour à l’UA, d’autant plus que le Royaume mise sur le renforcement de l'intégration sous-régionale et la coopération Sud-Sud comme alternative crédible à l'émergence du continent.

L’adhésion du Maroc à la CEDEAO va permettre à ce groupement de s’ouvrir sur les pays euro-méditerranéens et d’autres avec lesquels le Royaume a des accords privilégiés. D’autant plus que cette adhésion renforcera l’économie de la CEDEAO et valorisera sa place en tant que marché.

Les leaders ouest-africains ont ainsi "donné leur accord de principe pour l’adhésion du Royaume du Maroc à la CEDEAO, eu égard aux liens forts et multidimensionnels de coopération" qui lient le Maroc aux Etats de cette organisation sous-régionale.

Le sommet a instruit la commission de la CEDEAO d’examiner les implications d’une telle adhésion conformément aux dispositions du traité révisé de la CEDEAO et de soumettre les résultats à sa prochaine session.

 

La Conférence de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a donné, dimanche à Monrovia, son accord de principe à la demande d’adhésion du Maroc à ce groupement régional, ouvrant la voie à un rapprochement géoéconomique entre l’espace méditerranéen et la profondeur du continent africain. Elle a également décidé d’inviter SM le Roi Mohammed VI à la prochaine session ordinaire de la CEDEAO, lit-on dans le communiqué final sanctionnant les travaux du 51ème sommet ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO. L’adhésion du Maroc à ce groupement régional composé de 15 pays est en phase avec les ambitions du continent qui aspire au développement et à la diversification de son économie. En fait, la CEDEAO, créée le 28 mai 1975, était devenue la priorité du Maroc après son retour à l’UA, d’autant plus que le Royaume mise sur le renforcement de l'intégration sous-régionale et la coopération Sud-Sud comme alternative crédible à l'émergence du continent. L’adhésion du Maroc à la CEDEAO va permettre à ce groupement de s’ouvrir sur les pays euro-méditerranéens et d’autres avec lesquels le Royaume a des accords privilégiés. D’autant plus que cette adhésion renforcera l’économie de la CEDEAO et valorisera sa place en tant que marché. Les leaders ouest-africains ont ainsi "donné leur accord de principe pour l’adhésion du Royaume du Maroc à la CEDEAO, eu égard aux liens forts et multidimensionnels de coopération" qui lient le Maroc aux Etats de cette organisation sous-régionale. Le sommet a instruit la commission de la CEDEAO d’examiner les implications d’une telle adhésion conformément aux dispositions du traité révisé de la CEDEAO et de soumettre les résultats à sa prochaine session.

Le 06 Juin 2017

SOURCE WEB Par L’opinion

 

Les tags en relation

 

Les articles en relation